L'Harmonie Saumur Verden en action

Trois jeunes Lycéens de Saumur ont participé à une semaine informative et constructive à Verden avec des jeunes Allemands, Polonais et Tchèques pour commémorer la paix. Les Verdenois et leur accompagnatrice ont été enchantés de ce bel exemple.

Les Lycéens des quatre nationalités et leurs accompagnateurs


Comment les jeunes Allemands, Polonais, Français et Tchèques font-ils face à leur histoire ? Ont-ils encore du ressentiment ? Qu'est-ce qui les distingue, qu'est-ce qui les relie ? Et les courants de plus en plus nationaux dans ces pays influencent-ils les relations les uns avec les autres ? 74 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, 14 jeunes de 14 à 18 ans se retrouvaient pendant une semaine pour une réunion internationale. 4 de Letovice (République Tchèque), 3 de Zielona Góra (Pologne), 3 de Saumur (invités par le biais de l’association « Harmonie Saumur Verden » et 4 du Dombymnasium de Verden ont travaillé ensemble sur le passé et préparé la commémoration de Verden, « Volkstrauertag » le samedi 16 novembre, à 16h, à la stèle de l'Holocauste près de la mairie de Verden.

Excursion émouvante au mémorial de Sandbostel

En plus de la préparation de la cérémonie, les 14 jeunes et leurs accompagnateurs ont fait une excursion qui les a conduits au mémorial de Sandbostel, dans le quartier voisin de Rotenburg. « Ce fut une expérience très émouvante », explique Hans-Jürgen Lange, qui a organisé l'échange avec Gerd Depke, Teodora Wagenknecht, Harm Schmidt et Karl-Friedrich Boese. « Tout était très impressionnant », confirment Emma et Rosa de la République tchèque, qui ont toutes deux visité un mémorial pour la première fois. « C'était spécial, stressant et important à la fois. Nous ne devons pas cesser de nous rappeler les terribles conséquences de la guerre, de la fuite et du déplacement », relate Emma. Bien sûr, ses grands-parents ont encore la douleur dans leur cœur, mais pas de haine. Pour les deux filles, il est également important, en tant qu'éclaireuses, de se souvenir des événements passés. Après tout, c'est une devise du mouvement scout international de s'engager pour un monde meilleur. «Il est significatif que les pays autrefois hostiles soient maintenant amis les uns avec les autres». La visite du camp avec des visites guidées ou la pose de roses blanches sur les tombes des soldats a profondément ému tous les participants. Maelyss Bonté, Tom Maurin et Malo Chataignier du Lycée Sadi Carnot de Saumur, Karolina de Pologne ou Luzie et Lennart du Domgymnasium semblent également avoir appris quelque chose. «Il faut du temps pour comprendre ce que vous avez vécu et ce que vous avez vu», décrit Tom. Il existe une grande différence si l'on lit des documents sur les événements du passé, si on les voit à la télévision ou l’on rencontre les témoignages de cette époque dans un lieu aussi authentique. Pour Karolina, il était donc essentiel d'apprendre que Sandbostel commémore également les victimes de la guerre d'autres pays avec respect. « C'était important pour moi de voir des photos avec des Polonais et le drapeau polonais », dit-elle.

Permettre la compréhension de la Tolérance et de la Paix


C'est une vue au-delà des frontières allemandes qui emmène les 14 participants à ce projet. « À l'école, on est confronté à des événements, surtout d'un point de vue allemand. Grâce à l'échange intensif avec les jeunes de Pologne, de République tchèque et de France, nous pouvons considérablement élargir ce point de vue », explique Luzie. Malo Chataignier, de Saumur, a apporté avec lui un document qui raconte l’expérience de guerre de son arrière-grand père, Amand Bourbon. Ces documents de témoins oculaires feront partie de la célébration du « Volkstrauertag » (jour du souvenir) à la Stèle de l'Holocauste. Mais l'objectif global du projet est de rassembler des jeunes de pays autrefois hostiles et de permettre la compréhension de la Tolérance et de la Paix. La génération des arrière-grands-parents et grands-parents est partie à la guerre et émet des réserves à ce jour. Aujourd'hui, les jeunes se rassemblent, sur les tombes et découvrent avant tout une chose : beaucoup de similitudes. Le jour du souvenir a été célébré le samedi après-midi, avec environ 150 personnes. La cérémonie était pleine d’émotion, un moment inoubliable pour tous, qui ont échangé le drapeau de la paix et chanté, chacun dans sa langue, le chant des adieux, « ce n’est qu’un au-revoir mes frères… » avant de déposer au pied de la stèle de l’Holocauste des bougies et des fleurs.


Article du 27 novembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Un évènement de haute valeur 28/11/2019 07:57:38

L'originalité et l'émotion étant au rendez-vous, je comprends que les commentateurs habituels restent muets.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI