Maine-et-Loire. Des agriculteurs en colère face aux prix trop bas de la grande distribution

Durant la nuit de ce 26 au 27 novembre, des agriculteurs du département ont menés plusieurs actions coups de poing, à Bauge-en-Anjou notamment, afin de dénoncer les rémunérations trop basses et la baisse des tarifs par les industriels et les grandes surfaces.

Des caddies ont été déposés devant l'entrée de l'usine des brioches Pasquier à Brissac.


La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FDSEA) de Maine-et-Loire et les Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire ont mené des opérations coups de poing la nuit dernière devant plusieurs enseignes de grande distribution et des entreprises de l’agro-alimentaire. Dans tout le département, plus de 300 agriculteurs se sont mobilisés, comme par exemple à Baugé-en-Anjou ou encore à Brissac. Ces actions s’inscrivent dans la continuité de celles des 8 et 22 octobre. Une nouvelle preuve de l’engagement des agriculteurs angevins, qui ne lâcheront rien tant que leurs revendications n’auront pas été prises en compte.

"Respecter un niveau de prix rémunérateur"


« Par cette action, nous avons tenu à rappeler notre priorité absolue : la défense du revenu des agriculteurs et des prix. Nous demandons donc aux opérateurs de respecter les agriculteurs dans les négociations commerciales qui démarrent actuellement, avec des indicateurs de coûts de production qui sont désormais établis et connus de tous. Fini les excuses, il faut passer aux actes et rendre aux producteurs l’argent et la valeur ajoutée qui leur ont été confisqués depuis trop longtemps.

Pour cela, tout le monde doit prendre ses responsabilités. C’est pourquoi nous demandons à la grande distribution d’appliquer scrupuleusement la loi alimentation. Nous exigeons des industriels qu’ils demandent des hausses de prix dans ces négociations commerciales en utilisant les indicateurs de coûts de production à leur disposition et nous rappelons également à l’Etat son devoir de contrôle pour faire appliquer la loi. »
FDSEA et JA 49 n’excluent pas d’autres actions à venir, « tant que le bataille du prix ne sera pas gagnée et que les producteurs ne seront pas payés à un niveau de prix rémunérateur. »


Des centaines de caddies bloquent l'usine Elivia à Saint-Florent-le-Vieil.


Article du 27 novembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de bourgeais 27/11/2019 17:48:16

bravo belle intelligence de renverser les caddies ...ils ne se rendent même pas compte de leur bêtises car bien sur qui va relever les caddies c'est bien sur les salaries ... pauvre France de plus en plus d'abrutris



Commentaire de Superdeg 27/11/2019 18:03:00

Faut faire du bon arrêter les élevages intensifs, ce matin j'ai lu 70 vaches 140 hectares à Longué, là OK on doit être rémunéré correctement c'est du boulot de pro, autrement les autres éleveurs qui font de l'extensif....on devrait leur mettre des amendes, et s'il y a mauvais traitement d'animaux en prison, c'est tout!



Commentaire de claude martin 27/11/2019 21:54:04

comprend pas le message de superdeg il est a voile et vapeur comme souvent



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI