Chinon. EDF et Véolia souhaitent démanteler un ancien réacteur de la centrale d'ici 2028

EDF et Veolia ont annoncé mardi 10 décembre une coentreprise pour le difficile démantèlement des réacteurs nucléaires à technologie graphite. Les industriels espèrent démanteler un premier réacteur graphite à Chinon pour 2028.


EDF et Veolia renforcent leur alliance dans le démantèlement des réacteurs nucléaires à technologie graphite. La déconstruction de ces unités s’avère particulièrement difficile. Pour y arriver, les deux industriels ont annoncé la création d’une coentreprise baptisée Graphitech. Il reste en France six anciens réacteurs nucléaires de type « uranium graphite gaz » (UNGG), l’un d’eux est situé à Chinon. Les réacteurs ont été arrêtés entre 1973 et 1994 mais n’ont jamais été complètement démantelés. Selon EDF la déconstruction des réacteurs graphite est complexe en raison de leur conception et du volume de matériaux à évacuer. À l’échelle mondiale, seuls deux réacteurs de technologie graphite de petite puissance ont d’ores et déjà été démantelés.

Machines spéciales pour le démantèlement


Graphitech regroupera Cyclife Holding d’EDF et Asteralis de Veolia. EDF apportera ses connaissances de l’industrie nucléaire et ses compétences d’ingénierie de démantèlement. Veolia apportera des compétences de robotique en environnement nucléaire. Les deux entreprises devront construire des machines spécialement conçues pour ce démantèlement. Il s’agira d’outils commandés à distance permettant la découpe et l’extraction des matériaux.

Chinon 2028, pour les autres 2055

La coentreprise ne va pas s’attaquer directement au chantier. Elle commencera en 2022 par une phase d’apprentissage et de mise au point en travaillant sur des maquettes à l’échelle 1 de ces fameux outils « télé-opérés ». Ensuite seulement, une fois le fonctionnement bien contrôlé et rodé les agents pourront s’atteler au démantèlement du réacteur chinonais. La priorité pour Graphitech est donc de fournir d’ici 2028, un « scénario optimisé » de démantèlement du réacteur de Chinon. EDF et Véolia voient grand puisque si les premiers essais sur le site de Chinon sont concluants, ils espèrent opérer à l’avenir dans d’autres pays comme le Royaume-Uni, le Japon, l’Espagne ou encore l’Italie. L’autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a indiqué à EDF que le démantèlement des cinq autres réacteurs français devra débuter d’ici 2055, le chantier n’est donc pas terminé.


Article du 11 décembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de bernadette fourré-jousselin dite mémé 11/12/2019 18:01:27

comme pour le nucléaire, on a pensé à quoi ?? pour les déchets ....... les caves tout autour d'Avoine il y a des caves !!!!!



Commentaire de don quichotte 12/12/2019 07:47:09

allez faire un tour a Bure, dans la Meuse ; y en a qu\'ont essayés.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI