Saumur. Réforme des retraites : Les avocats en grève tout au long de la semaine

Depuis le mois de décembre, les avocats avaient organisé une journée morte pour ce 6 janvier. Mais hier, de nombreux barreaux, dont celui de Saumur ont décidé de se lancer dans une grève dure qui s’écoulera tout au long de la semaine et pouvant être reconduite. Toutes les affaires ont donc été rejetées et renvoyées. Une situation rare par son ampleur et son intensité.

Maître Olivier Vaillant, Bâtonnier du barreau de Saumur


Hier, lundi 6 janvier, les 26 avocats du barreau de Saumur ont voté à l’unanimité pour une grève dure et reconductible. Ils créent ainsi un blocage de toute l’activité judiciaire : « Tous les dossiers, sans exception, sont renvoyés, que ce soit au civil ou au pénal », précise Maitre Olivier Vaillant, bâtonnier du barreau de Saumur. La grève des avocats durera tout au long de la semaine, une nouvelle assemblée générale aura lieu vendredi pour décider de la reconduction du mouvement. « Le but est de créer des difficultés dans le fonctionnement de la juridiction. Pour cela nous comptons particulièrement sur le blocage du pénal puisque cela implique une organisation particulièrement complexe des différentes institutions. Notamment pour l’escorte policière qu’il faut généralement organiser bien à l’avance ou parfois la libération de certaines personnes puisque les délais seront dépassés. Il s’agit de notre seul vrai moyen de pression », indique-t-il.

« Un régime autonome qui fonctionne »

Les avocats possèdent actuellement leur propre régime de retraite, autonome (et non spécial) et autofinancé. « Ce système fonctionne bien et est à l’équilibre. De plus il nous offre plus de garantie et de sécurité que celui proposé par le gouvernement. Nous avons actuellement un minimum assuré de 1 400 euros par mois, ce qui est supérieur à ce que propose le gouvernement », expose Olivier Vaillant. En plus de ne rien coûter au gouvernement, l’actuel régime des avocats reverse chaque année près de 80 millions d’euros au régime général des retraites. La Caisse Nationale des Barreaux Français (CNBF) affirme également qu’une augmentation des cotisations semble se profiler, passant de 14% à 28%, « une hausse considérable » pour le bâtonnier saumurois. Cela pourrait avoir un impact sur de nombreux cabinet d’avocat, notamment les plus petits : « Nous voyons de plus en plus de cabinets en liquidation, c’est un phénomène exponentiel et cette réforme n’aidera en rien à maintenir les plus fragiles », ajoute Olivier Vaillant. Enfin, il rejète également l'âge de début de carrière avancé dans les chiffres du gouvernement. "On nous parle d'un début de carrière à 25 ans, mais dans les faits, entre les études, le concours, et le niveau qui nous est demandé sur le marché du travail, la plupart des avocats ne commencent pas avant 27 ou 28 ans".

Une exaspération croissante

La décision du gouvernement de ne faire qu’un régime de retraite et de mettre fin au régime autonome des avocats vient s’ajouter à l’exaspération montante de ces derniers. « C’est vraiment la goutte d’eau de trop, cela fait plusieurs années que la situation se détériore. Le fonctionnement de la machine juridique pâtit de l’ingérence du ministère de la Justice, il y a de nombreuses décisions qui ont été prises sans aucune discussion et relève d’un amateurisme très inquiétant, la qualité des textes est en nette baisse. Tout cela pour des économies de bout de ficelle. Nous avons vraiment l’impression de subir toutes sortes de réformes depuis quelque temps. » L’avocat saumurois se félicite de la mobilisation de ses pairs et de la convergence des institutions représentatives des avocats. Il se dit prêt à continuer le mouvement si cela s’avère nécessaire.


Article du 07 janvier 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Ils vont nous coûter cher 09/01/2020 12:44:58

Le nombre d'arrêts maladie des conducteurs de métro a augmenté de plus de 300% ! Il était de 137 par jour entre les 17 et 20 décembre 2018. Il a été multiplié par quatre pour atteindre 578 par jour entre les 16 et 19 décembre 2019. Un pic a même été atteint le jeudi 19 décembre, 15e jour de grève, avec 646 arrêts maladie déposés à la RATP. Une explosion des arrêts maladie qui a également touché les conducteurs de RER.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI