Saumur. Une ferme des solutions pour préparer l'avenir du monde agricole en saumurois

Plus de trente exposants se sont retrouvés mardi 11 février 2020 à la salle des Bois de Bagneux-Distré pour la première édition de la "ferme des solutions". L'objectif, répondre aux questions des cédants et des porteurs de projets agricoles pour faciliter les transmissions d’exploitations et répondre aux enjeux du secteur.

32 exposants étaient présents à cette première édition de la ferme des solutions


Événement professionnel de l’agriculture et du végétal, "la ferme des solutions" était initiée par la communauté d’agglomération Saumur Val de Loire, en partenariat avec la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. L’idée étant de développer l’agriculture sur le territoire de l’agglo qui compte 1 200 exploitants agricoles. « Ce projet est né d’un constat : la moitié des exploitants de notre territoire sont âgés de plus de 50 ans et pensent actuellement à céder leur exploitation. Ce qui est loin d’être facile, car il n’est pas toujours aisé de trouver un repreneur face aux difficultés que rencontre le métier », explique Jérôme Harrault vice-président de l’agglomération en charge de l’agriculture (relire notre article du 04/02/2020). "La ferme des solutions", qui porte bien son nom, réunissait donc divers acteurs susceptibles de répondre aux besoins et aux questions des cédants, comme des porteurs de projets : Banques, centres de formation, groupements d’employeurs, coopératives, conseillers… Les visiteurs ont également pu assister à trois temps forts faits de témoignages, autour des thématiques : Ils se sont lancés dans l’agriculture ; trouver collectivement des solutions pour s’installer et transmettre ; accueillir les projets sur Saumur Val de Loire.

Trouver des réponses

Dans le lot des visiteurs, des apprentis de la MFR de la Rousselière de Montreuil-Bellay, en formation mécanique agricole et conduite poids lourds. 17 jeunes aux parcours divers y apprennent à conduire les engins agricoles, mais aussi à les entretenir : « Un certain nombre vient du monde agricole, leur objectif est de diversifier leur palette de savoir-faire. La polyvalence est essentielle aujourd’hui, on voit de plus en plus d’agriculteurs ou de conducteurs qui exploitent et récoltent l’été et l’hiver, en profitent pour entretenir leurs machines », précise David Pichon, formateur à la MFR. À l’image de Dorian, 18 ans, vivant aux Rosiers-sur-Loire, actuellement en apprentissage dans une exploitation à Saulgé-l’Hôpital. « J’aimerais trouver un poste de salarié dans une entreprise agricole à taille humaine, si possible dans le secteur du Saumurois. Avoir la double facette permet d’avoir un emploi plus stable toute l’année, sinon les exploitants ne nous prendraient que sur les périodes de récolte. » D’autres profils sont venus à la ferme des solutions dans l’espoir de trouver des réponses à leurs questions. Fabien a 33 ans et est actuellement en transition professionnelle : « Je suis issu de l’hôtellerie, mais cela fait environ deux ans que j’ai envie de changer pour monter mon entreprise de maraichage bio. » Il est donc venu à ce salon afin de rencontrer des professionnels pour se confronter à leurs expériences et échanger sur son projet, sa faisabilité, ses points faibles…

Se regrouper pour embaucher

Des réponses, les visiteurs ont pu les trouver auprès des partenaires, en découvrant parfois des chemins auxquels ils n’avaient pas pensé. Le groupement d’employeurs agricoles Safran, implanté à Doué-en-Anjou, travaille avec 56 entreprises adhérentes. Il met en relation les employeurs avec des demandeurs d’emploi, afin de créer des postes sur des temps partagés. « Certaines entreprises ont des besoins, mais qui ne nécessitent pas forcément un poste à plein temps. Notre travail est donc de trouver une autre entreprise qui a ces mêmes besoins pour proposer un poste à plein temps à une personne, mais sur plusieurs structures », indique Élodie Boussault, la directrice. Une solution aux multiples avantages qui permet aux employeurs de répondre à des besoins dans un domaine précis (ouvriers agricoles, opérateurs de ligne, qualiticiens…), mais aussi d’offrir un emploi non précaire à des personnes. « L’objectif est de fédérer les problématiques et de faire du lien. On se retrouve parfois avec des entreprises voisines qui ont des besoins similaires. » Elle ajoute que le plus grand frein à l’embauche est la mobilité des demandeurs d’emploi. À tel point que le groupement à acheter deux minibus de 9 places, afin de véhiculer les saisonniers qui viennent travailler dans les exploitations viticoles.

Promouvoir l'agriculture saumuroise

Lorsqu’on lance son exploitation ou qu’on la récupère, il s’agit aussi de bien vendre sa production pour qu’elle soit la plus rémunératrice possible. À Vivy se trouve le marché d’intérêt national (MIN), Sominval. Celui-ci travaille avec des exploitants situés dans les 25km à la ronde, afin de vendre leurs produits et de la valoriser le plus loin possible. « Nous proposons des produits à forte valeur ajoutée que l’on ne trouve pas partout, comme des radis noirs, des topinambours… Nous vendons beaucoup à Rungis où le site de Vivy est réputé et apprécié, notamment par les restaurateurs. Nous sommes considérés comme le jardin de la France », souligne Emmanuelle Marchand, responsable qualité hygiène sécurité environnement et promotion du MIN. Si elle est présente sur ce salon, c’est avant tout pour recruter des producteurs et créer de nouveaux partenariats. D’autant que la structure achète toutes sortes de quantités, même les plus petites, et le producteur est son propre vendeur, ce qui permet une rémunération plus importante sans passer par une coopérative ou un revendeur.


Article du 12 février 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI