Saumur. Station BioGNV : Développer une filière encore très confidentielle

Ce vendredi 14 février 2020 avait lieu l'inauguration officielle de la station BioGNV de Saumur, la première en Maine-et-Loire. Une ressource propre qui promet de belles choses, mais qui pour le moment, reste très restreinte en termes d'utilisation, notamment chez les particuliers.

La station compte actuellement 3 pompes mais est prévue pour 6 à l'avenir


La station BioGNV (Gaz Naturel pour Véhicule) de Saumur est en fonctionnement depuis le mois de décembre. Située à proximité du parc du Breil, il s’agit de la première en Maine-et-Loire. Elle a été inaugurée ce vendredi 14 février 2020 avec une journée portes ouvertes pour présenter l’installation et le fonctionnement du GNV à la population. Explications, présentation du site, essais de véhicules GNV et même un escape-game sur le sujet étaient mis en place. De quoi faire la promotion de cette ressource dite propre, mais qui est pour l’instant encore très peu répandue en France.

Une flotte pour l’instant quasi exclusivement pro

A ce jour, la France totalise 13 000 véhicules fonctionnant en GNV, soit moins de 0,2 % du parc bien loin devant nos amis italiens ou allemands. Les marques qui produisent ces véhicules sont pour le moment exclusivement italiennes ou allemandes. Le secteur professionnel, notamment dans le transport, ainsi que les collectivités sont actuellement en plein essor et commencent à développer cette filière. Saumur n’échappe pas à la règle, puisque les principaux utilisateurs sont des entreprises (LBG environnement, Véolia, Saur TPPl, Jacky Dufeu). Des conventions ont d’ailleurs été signées ce vendredi entre ces entreprises et l’entreprise locale Saumur Energies Vertes (SEVE). L’agglomération possède elle aussi une flotte de véhicules GNV, amenée à se développer, avec trois bus et un camion de collecte d’ordures ménagères. D’ici deux ans Saumur Agglopropreté rachètera quatre camions. Pour Lucien Gerbier, dirigeant de LBG Environnement et président de la SEVE, « la France n’a pas beaucoup de véhicules GNV parce qu’il y a peu de stations. C’est quand des entreprises auront une flotte au GNV que des stations verront le jour, et c’est parce qu’il y aura des stations que les particuliers iront vers ce type de véhicules. »

C’est bio ou c’est pas bio ?

La station saumuroise se veut comme une station BioGNV, cela signifie que le gaz qu’elle propose est propre. En réalité, ce gaz est le même que celui que l’on pourrait utiliser pour un domicile. En effet, la station peut avoir ce « label » bio parce qu’elle produit du gaz issu de la méthanisation (recyclage de déchets végétaux). Mais ce gaz propre et issu d’un cercle vertueux de développement durable est injecté dans le réseau général de gaz. Or, le pourcentage de biogaz dans le réseau est encore très faible, même si plusieurs unités de méthanisation sont implantées en Maine-et-Loire. « C’est le même principe que pour l’électricité verte : lorsque l’on produit une énergie issue d’une source propre comme le solaire ou l’éolien pour l’électricité ou la méthanisation pour le gaz, cela nous permet de vendre en contrepartie notre ressource comme verte », explique Lucien Gerbier. Et ce, même si le gaz provient du réseau général.

Retours au stand plus fréquents…

Les véhicules GNV sont donc appelés à se développer avec l’essor des stations. Plusieurs devraient prochainement voir le jour, notamment à Lasse sur la commune de Noyant-Villages. Ces véhicules coûtent à l’achat un petit peu plus cher qu’un véhicule essence classique, environ 1 000 euros supplémentaires. Ils restent cependant moins cher qu’une voiture diesel. Quant à l’autonomie, il faudra prévoir des arrêts plus fréquents à la pompe, car un réservoir de GNV permet de rouler 500 à 550 km. Heureusement, ces voitures fonctionnent sur le même principe que des voitures essence, elles emportent donc un réservoir additionnel d’essence permettant de rouler sur une centaine de kilomètres, de quoi ne pas rester en panne en pleine campagne.

... mais ça coûte moins cher et c’est propre

Alors quels sont les avantages du GNV ? Le principal est le pris à l’usage. En effet, le kilo de gaz, qui correspond environ à un litre d’essence, est vendu à seulement 1,10 euro. « En 5 ans, cette économie me permet de rentabiliser la moitié d’un camion », explique le dirigeant de LBG Environnement. Pour ce qui est du reste, vidange, consommable, révision… se feront comme pour un véhicule essence traditionnel. Pour les professionnels du transport, les camions au GNV revêtent un autre avantage. Ils sont plus silencieux, ce qui est appréciable pour les conducteurs et les riverains, notamment le matin et la nuit. Ce sont aussi des véhicules plus propres avec 80% de CO2 et 93% de particules fines en moins rejetées dans l’air. Un confort non négligeable pour les professionnels qui travaillent derrière un camion en fonctionnement, on pense notamment aux camions de ramassage des poubelles.


Article du 14 février 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :


Commentaire de Superdeg 14/02/2020 16:13:26

Ces véhicules ne doivent pas avoir de freins, d'embrayage et des pneus, heureusement car c'est très polluant pour un véhicule



Commentaire de JLucColas 15/02/2020 01:34:26

Dommage que cette inauguration n'ait pas été annoncée publiquement. Je serais allé faire une remarque sur l'éblouissement de l'éclairage dont cette station est doté. J'ai mesuré au sol un éclairement de 135 à 173 lux et une température de couleur de 5000 kelvin, ce qui n'est pas conforme à l'arrêté du 27 déc 2018 qui oblige à ne pas dépasser 3000 K pour les éclairage extérieurs. Tout près du GNV il y a la station de recharge en courant électrique, installée par le SIEML : celle-ci ne comporte aucun luminaire, et est donc parfaitement conforme. Le GNV est éblouissant.



Commentaire de saumurois 15/02/2020 08:11:52

Bravo aux personnes qui ont porté ce projet et réalisé cette station. Des élus convaincus et enfin des réalisations concrète de ce qu'est le Développement durable.



Commentaire de Flat 15/02/2020 09:31:19

Cette fois ci l'article est clair sur le fait que c'est bien du gaz de pétrole du réseau général avec une infime pincée de méthane issu de fermentation locale et pas une distribution en circuit court. L'éclairage éblouissant toute la nuit est scandaleux dans un ville qui a fait des efforts sur la pollution lumineuse et en site Natura 2000. Peut-etre un rappel à l'ordre du préfet pourrait y remédier. Allo l'état!



Commentaire de doudou 15/02/2020 10:18:32

3 pompes pour 20 véhicules maxi, ça fait cher l'investissement



Commentaire de Lobbying 15/02/2020 10:49:05

En tout cas, le lobbying de Monsieur Gerbier semble fonctionner parfaitement auprès des élus saumurois... et aussi du kiosque!



Commentaire de JLucColas 16/02/2020 02:16:12

Réponse à Flat : vous êtes comme moi sensible au problème de l'éclairage, pourrait-on se rencontrer ? JLuc Colas



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI