Saumur. Aider les jeunes en décrochage scolaire, une mission complexe

Dans le cadre de leur formation, un groupe de lycéennes d'Edgar Pisani à Montreuil-Bellay, a travaillé avec des structures saumuroises pour informer les jeunes en décrochage scolaire. Un public qui n'est pas forcément facile à toucher, comme elles ont pu le constater.


Toucher les jeunes en rupture scolaire pour les informer et les aider à trouver leur voie est un véritable enjeu et ce n’est pas chose facile. C’est ce à quoi se sont frottées des lycéennes en Terminale Service Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) du lycée Edgar Pisani à Montreuil-Bellay. Dans le cadre de leurs études, les étudiants ont dû proposer un projet répondant à des besoins d’un territoire et d’un public donnés. Les jeunes filles ont décidé de travailler sur les jeunes en décrochage scolaire dans la région saumuroise. « Nous avons souhaité travailler sur un projet qui concerne les jeunes de 16 à 20 ans et plus qui sont en décrochage scolaire et qui sont perdus. Dans le Saumurois, il y a 9% des jeunes qui sont en décrochage scolaire. Nous avons souhaité les aider à trouver leur voie comme nous, nous avons pu trouver la nôtre », expliquent-elles. Pour ce faire elles ont travaillé auprès des entités qui sont confrontées à ce public, le PIJ (point information jeunesse), la Mission Locale et la SCOOPE. Ensemble, ils ont travaillés sur un dépliant qui recense ces structures, qui explique leur utilité et qui permet de les localiser dans la ville de Saumur.

"Un public difficile à toucher"

Ce mercredi 19 février, les lycéennes avaient aussi organisé, à la SCOOPE du Chemin-vert, une animation autour de ces structures. À l’aide d’un quiz interactif, elles ont exposé les missions de celle-ci. Les jeunes qui étaient présents étaient tous très enthousiastes, mais malheureusement ils ne correspondaient pas vraiment à la cible recherchée. « C’est dommage, nous sommes en présence de jeunes de 11 à 15 ans, ils ne sont pas vraiment pleinement concernés par le sujet, même si c’est une information qui est toujours bonne à transmettre », explique leur professeure. Il s’agit en effet d’un public particulièrement compliqué à toucher comme l’explique Sébastien Malécot, animateur à la SCOOPE : « Ce sont des jeunes que l’on voit occasionnellement lors d’événements ou d’activité précises. C’est un public que nous appelons généralement "les invisibles", et ce n’est pas pour rien qu’ils portent ce nom. Le seul moyen de les capter c’est en organisant des activités sportives, comme des tournois de football ou encore des animations autour des jeux vidéo. » Selon lui, il est indispensable que les différentes structures à même de toucher et d’aider ces jeunes se mettent en relation lors de temps fort mêlant activités et information. Les flyers réalisés par les lycéennes resteront présents au sein des trois structures : « L’idée est de faire vivre ces dépliants qui permettront peut-être d’informer et de toucher quelques jeunes », concluent-elles.


Article du 19 février 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de Bravo 19/02/2020 22:46:40

J apprecie de voir que les jeunes sont lucides par rapport aux adultes. L espoir arrive par les nouvelles générations....



Commentaire de Tiphaine cesbron 20/02/2020 13:54:35

Merci pour cette article et de faire la promotion de notre projet. Ce projet nous a demander un vrai travail de groupe et nous avions des objectifs bien précis qui non pas forcément été atteint mais cela nous a apporter une réel et belle expérience professionnelle.



Commentaire de Saumur49 20/02/2020 20:34:27

Tres interessant mais a quel moment parle t on de la MLDS ! Du CIO ! De la plateforme de suivis aux decrocheurs ! Des educs de prev ! Dommage que le réseau existant n n'apparaisse pas dans cet article ....



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI