Maine-et-Loire. Etude du commerce par la CCI : dématérialisation, désertification des centres...

La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du Maine-et-Loire vient d’éditer une étude consacrée au commerce sur le territoire départemental. Elle dresse un bilan de ce secteur et propose 14 analyses sur les différents leviers pour développer le commerce.

Rue Saint-Jean à Saumur


Un livre blanc du commerce avait déjà été rédigé en 2014, la CCI tenait donc à refaire un point plus récent avec les chiffres 2019. Elle a étudié les pratiques de commercialisation, les modes de consommation, les politiques publiques… La CCI dresse tout d’abord un bilan général de ce secteur. 4 960 commerces sont en activité en 2019 en Maine-et-Loire. Depuis 2010, le département a perdu 8% des établissements, soit 441 points de vente. En parallèle, les surfaces de vente ont légèrement augmenté de 1%, pour atteindre 1 189 370 m². « Nous assistons à une décroissance du commerce physique toutes catégories confondues. La tendance à l’érosion des magasins de petite taille se poursuit, alors que les formats de la grande distribution, ont certes ralenti leur développement, mais semblent rester dans une logique de course au m² sans remise en cause profonde de leur modèle de développement. Cette logique d’extension en périphérie des villes et des bourgs poursuit son effet de désertification des centres, pouvant créer des déséquilibres structurels », expliquent Eric Grellier et Fabrice Cesbron, président et vice-président de la CCI de Maine-et-Loire en charge du commerce.

Des réflexions globales pour comprendre et accompagner

L’étude propose également 14 réflexions autour du commerce. Une manière d’étudier les enjeux et les leviers dans un spectre plus large. La CCI a choisi de partager 14 réflexions autour des politiques publiques, des enjeux liés à l’écologie, au commerce en milieu rural, aux horaires et modes de vie, à l’ouverture du dimanche, au regroupement et au réseau, au numérique, à l’utilisation croissante des données clients, à l’expérience clients et aux dernières tendances de consommation et de distribution. « Il est important d’observer, de comprendre et d’identifier les enjeux du commerce pour identifier les leviers d’action à disposition des acteurs publics et des commerçants », soulignent les deux responsables. Des réflexions qu’ils veulent comme des moyens pour accompagner non seulement les commerçants, unions commerciales, fédérations du commerce, syndicats professionnels, mais aussi les acteurs publics compétents en aménagement et développement commercial. Des thématiques pour aider à faire des choix afin d’orienter au mieux les politiques publiques et à s’adapter au futur du commerce de détail.

Infos pratiques : Pour découvrir l'ensemble de l'étude, rendez-vous sur ce lien.


Article du 17 mars 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI