Pays de la Loire. Sécheresse : Les associations des maires interpellent le Premier Ministre

Face aux dégradations subies par les habitations à la suite des périodes de sécheresse, les présidents d'associations des maires des Pays de la Loire ont envoyés une lettre au Premier ministre, en demandant la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.


Les présidents des associations des maires des cinq départements des Pays de la Loire et la fédération régionale des maires ont écrit une lettre commune destinée au Premier ministre, Édouard Philippe. Ils souhaitent attirer son attention sur les conséquences des différents épisodes de sécheresse et de canicule sur les territoires et leurs habitants. « Nos cinq départements ont été touchés très sévèrement par des sécheresses successives ces derniers étés et il est très probable que cet état de fait ne s’arrangera pas dans les années à venir. Ces situations ont, depuis plusieurs années, engendré des mouvements de terrain et provoqué des dégâts, parfois très importants, sur le bâti, ce phénomène ne cessant pas de s’aggraver au fil des années », écrivent-ils. Ils alertent également sur l’urgence et l’impact que cela a eu sur les familles touchées. « Ces dernières se retrouvant totalement démunies face à l’ampleur des dégâts sur leur patrimoine immobilier et sur la nature des travaux à entreprendre pour y remédier. Elles doivent très souvent continuer d’honorer des crédits immobiliers sur plusieurs années, pour un bien dont la valeur se trouve considérablement amoindrie et qui, de fait, se trouve impossible à vendre. »

D'importantes pertes financières


La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour l’ensemble des communes sinistrées est donc pour eux une nécessité, afin que ces personnes et familles puissent engager et obtenir, auprès de leur assureur, une indemnisation et une réparation adaptées aux sinistres et dégâts constatés. « Or, nous constatons et déplorons que beaucoup trop peu de nos communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, cet état de fait créant une situation de statu quo intenable pour les maires comme pour les propriétaires touchés. Nous demandons par conséquent que la circulaire du 10 mai 2019 relative à la procédure de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle soit modifiée, voire abrogée, et que de nouveaux critères de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle soient définis. Cette demande est bien sûr partagée et relayée localement par les associations « les oubliés de la canicule », avec lesquelles nous échangeons régulièrement, et qui regroupent les propriétaires concernés. »

Égalité entre les territoires


Ils ajoutent en conclusion : « Enfin, il ne nous a pas échappé que l’Assemblée nationale avait adopté un amendement visant à octroyer une enveloppe de 10 millions d’euros, au bénéfice des victimes de la sécheresse de 2018 dans le département du Nord. Considérant la rupture d’égalité que cette disposition introduit, nous sollicitons auprès de vous l’extension de ce dispositif à l’ensemble du territoire national. L’urgence du constat qui est fait, face à un phénomène qui ne peut que s’aggraver dans les prochains mois et années, s’agissant des biens déjà touchés ou des conséquences à venir du changement climatique, nécessite aujourd’hui des prises de position et des décisions qui soient à la hauteur des enjeux. »


Article du 04 mars 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI