Le Musée des Blindés de Saumur présent aux Invalides à Paris

Un des chars allemands du Musée des Blindés de Saumur a été envoyé aux Invalides à Paris pour une exposition intitulée "Comme en 40", qui se tiendra du 1er avril au 26 juillet. Il est accompagné du casque d'un Cadets de Saumur.

Le Panzer III au départ de Saumur


Le musée des Blindés de Saumur envoie mercredi 11 mars à 14h un panzer III allemand du début de la seconde Guerre Mondiale au musée de l’Armée à Paris. Il sera une des pièces majeures de l’exposition « comme en 40… » du 1er avril au 26 juillet 2020, qui retrace à hauteur d’homme l’année terrible que fut 1940.

Un duel de 1940 reconstitué, panzer contre char français.

Lorsque l’Allemagne attaque la France le 10 mai 1940, le panzer III est le meilleur char allemand. Bien conçu, il fut l’un des outils de la défaite éclair de la France. L’exposition « Comme en 40… » permettra de le voir le panzer III du musée des Blindés face au plus puissant char français d’alors, un B1 bis, conservé habituellement à Mourmelon.
Malgré une idée reçue, les panzers ne sont pas plus massifs et puissants que leurs adversaire au début du conflit. Le B1 bis est deux fois lourd que son adversaire, 30 tonnes, avec un armement plus important et un blindage plus épais.
Cependant, le panzer III est lui bien plus rapide et mieux organisé pour son équipage. Un exemple : le chef de char français, seul en tourelle, était surchargé de tâches (observer le champ de bataille, diriger l’équipage, servir la mitrailleuse et le canon…) là où les Allemands, à trois en tourelle, se répartissaient efficacement les tâches (un chef, un chargeur du canon, un pointeur pour viser l’adversaire).
Cependant plus que les différences techniques, ce fut surtout le mode d’emploi de ces deux engins et la stratégie des deux adversaires qui décida de l’issue des combats. L’armée française ne put réagir efficacement face à la rapidité de l’armée allemande.

Le casque d'un Cadet de Saumur

Le char n'est pas le seul objet envoyé par les musées militaires de Saumur. Le musée de la Cavalerie envoi pour la même exposition une pièce plus petite par la taille mais très importante par l'histoire qu'elle porte. Il s'agit du casque du lieutenant Desplats, l'un des "cadets de Saumur", qui donna sa vie le 20 juin 1940 à Gennes pour tenir l'une des dernières ligne de défense, établie sur la Loire. Ce casque représentera au sein de l'exposition du musée de l'Armée l'épisode des "cadets de Saumur". Ces jeunes élèves officiers de l'école de Cavalerie de Saumur mirent en défense la Loire avec quelque autre troupes. Ils stoppèrent 25 000 allemands pendant 3 jours à partir du 18 juin, alors que les défenseurs n'étaient composés que de 2200 hommes. Cette résistance permis le repli d'importantes troupes françaises, qui échappèrent à la capture.

« Comme en 40… », une exposition immersive aux invalides sur 1940 du 2 avril au 26 juillet.

L’exposition du musée de l’armée plonge le visiteur dans une année 1940 qui eut pour la France d’énormes conséquences historiques : la défaite en 6 semaines de combats, l’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain tandis que le général de Gaulle lance l’appel du 18 juin et que la France libre connaît ses débuts.
À hauteur d’homme, sur les pas des Français de l’époque, combattant, prisonniers de guerre, internés, réfugiés, habitants en zone annexée, occupée, non occupée… les visiteurs sont invités à s’immerger dans leur histoire.

Infos pratiques : Exposition du 1er avril au 26 juillet 2020, Musée de l'Armée, Hôtel des Invalides, 129 Rue de Grenelle, Paris 7è. - Toutes les infos : https://www.musee-armee.fr/accueil.html


Article du 12 mars 2020 I Catégorie : Culture

 


1 commentaire :


Commentaire de brugiere jean fr 14/03/2020 13:06:27

L'Allemagne était bridée par l'armistice de 1918 avec interdictions et limitations multiples ( jauge et armement des navires demandés par les Anglais, chars...) . L'Allemagne n'avait donc pas de supériorité dans les matériels ( sauf qu'elle venait de mettre la main sur l'ensemble des excellents matériels Tchèques ) . C'est tout le reste qui faisait défaut chez nous: emploi des chars sur le terrain, utilisation des hommes , récupération de nos chars en panne, approvisionnement essence ... enfin, à montcornet par ex, nos chars mis hors de combat par l'artillerie adverse



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI