Municipales 2020 en Saumurois. "Paroles à" collectif Saumur Terre d'Avenir

Suite au questionnaire lancé par le collectif Saumur Terre d'Avenir à tous les candidats des communes de Saumur Val de Loire, 11 candidats têtes de liste (1) se sont prêtés à cet exercice, "prouvant leur préoccupation pour la transition écologique". L'analyse du collectif.


"Nous avons envoyé ce questionnaire à tous les candidats de Saumur Val de Loire et communiqué par voie de presse. Nous regrettons que le Nord Saumurois, le douessin, la côte saumuroise et le gênnois n'aient pas répondu et espérons qu'ils oeuvrerons activement pour la transition écologique de leur territoire. Probable que les communes rurales se soient plus difficilement reconnues dans les thématiques abordées dans le questionnaire.
Selon le GIEC, "50 à 70% des leviers pour l'atténuation et l'adaptation" au dérèglement climatique se jouent à l'échelon local". Tel le colibri, chacun peut faire sa part pour limiter l'impact de nos sociétés sur l'environnement et le climat. Pour outiller les élus en matière de transition écologique, de nombreux documents existent. Nous en avons lister quelques-uns en fin d'article.

Le secteur du transport est le premier émetteur de gaz à effet de Serre, avec 31% des émissions (38% sur Saumur Val de Loire), dont la moitié rejetées par les voitures individuelles, généralement utilisées pour de courtes distances. Via l'intercommunalité et la municipalité, les élus peuvent faciliter des modes de déplacement moins polluants.
Les propositions des candidats du territoire vont vers davantage de place faite aux déplacements doux : voix cyclables et location de vélo, pédibus, hippobus, carriole, parkings gratuits en périphérie ?...

L'agriculture est un secteur émetteur de gaz à effet de serre (35% des émissions carbones françaises, 27% sur le territoire Saumur Val de Loire) . L'objectif est de les diviser par 2, par exemple en diminuant notre consommation de viande, en mangeant bio, local et de saison . C'est aussi l'un des secteurs les plus touchés par les changements climatiques et la bétonisation. Les élus locaux peuvent jouer un rôle dans la nécessaire transition agricole : en soutenant les terres nourricières et le développement de filières paysannes bio et locales, notamment au sein de toutes les restaurations collectives. C'est aussi un enjeu important de santé public et un moyen de préserver la biodiversité et le vivant. Nos élus communautaires peuvent également agir au travers du Plan Alimentaire Territorial pour structurer et consolider des filières agricoles et développer la consommation de produits locaux et de qualité.
Les résultats du questionnaire font apparaître une part croissante de produit de qualité et locaux dans la restauration collective, la volonté de relocaliser la production des repas sur notre territoire, de s'engager contre les perturbateurs endocriniens, de favoriser les producteurs locaux via par exemple l'utilisation de la monnaie locale complémentaire...

Réchauffement climatique : Les villes subiront de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique en partie liés à leurs propres émissions de gaz à effets de serre (19% générés par le secteur résidentiel, 8% par le tertiaire). Nous savons que les températures en milieu urbain vont augmenter rapidement pour atteindre des pics certains étés qui rendront certains quartiers potentiellement invivables. Nous devons donc préparer nos villes et nos villages à atténuer les îlots de chaleur en recréant des sols vivants, perméables, végétalisés avec un maximum de zones ombragées. Un sol vivant permet de stocker le carbone, de diminuer les températures par évapo transpiration, d'infiltrer et de dépolluer les eaux de ruissellement et de dépolluer l'air ambiant.
En matière d'aménagement de la ville, nous pouvons souligner le souhait des élus de favoriser la rénovation énergétique des bâtiments énergivores et des pratiques de construction "écologiques", telles que les écoquartiers.

Déchets : En France, chaque habitant produit 261 kg d'ordures ménagères, qui sont enfouis ou incinérés, donc pas recyclés (226kg sur Saumur Val de Loire). 1/3 de nos poubelles sont composées de biodéchets, qui peuvent être valorisés via le compostage et/ou la bio-méthanisation. Les élus de la municipalité et communautaires peuvent mettre en place des mesures : collecter les bio-déchets, accompagner des initiatives de réutilisation, de réemploi, d'éconmie circulaire, s'attaquer au gaspillage alimentaire, généraliser le tri à la source, limiter le jetable et l'usage du plastique à usage unique, instaurer la tarification incitative, réduire le gaspillage alimentaire.... Ces mesures contribuent à faire baisser considérablement nos déchets produits. Des exemples, comme la com com des Herbiers (85) ne produit plus que 77 kg d'ordures ménagères /an/habitant, Beaufort 112kg/an/habitant, Angers 181 kg / an/ habitant...Au delà du déchet produit, réduire ses déchets revient à préserver les ressources de notre planète, car il y a le déchet visible, mais le sac à dos écologique (=partie cachée du produit consommé) est considérable (ressource en eau, énergie, matières, produits chimiques, transports...). Les commerces, artisans, entreprises ont eux aussi leur part à jouer dans la réduction de leurs déchets.
Sur le territoire, de nombreuses actions de prévention ont été mises en place avec l'intercommunalité et il faut souligner des propositions des candidats vont dans le sens d'une toujours plus grande sensibilisation du public, des associations, organisateurs d'évènements, faciliter la mise en place de produits réutilisables, via la consigne, plus de composteurs, réduction du gaspillage alimentaire....

Les résultats des candidats sont accessibles sur notre compte facebook https://www.facebook.com/saumurterre.davenir.58
Cependant, ce document n'est pas exhaustif et ne remplace en rien la profession de foi des candidats, notamment pour ceux qui n'auraient pas répondu au questionnaire.

Le collectif aura à coeur d'informer citoyens et élus sur ces sujets. Nul doute que le prochain mandat sera celui de la transition écologique de notre territoire."



(1) Les candidats qui ont répondu : 5 candidats de Saumur (listes "Horizon Saumur" – Georges Chabrier, "Saumur ensemble" - Bertrand Chandouineau, "liste citoyenne-écologiste et indépenante" - Bernard Febvre-Isabelle Pucelle, "Agir" - Jackie Goulet et "Saumur en premier" - Bernard Henry), les 2 candidats de Montreuil Bellay (Listes "plus loin avec vous" - Marc Bonin et "Ensemble construisons l'avenir" - Jocelyne Martin, 1 candidat de Longué-Jumelles (liste "poursuivons notre dynamique pour l'avenir de Longué-Jumelles" - Frédéric Mortier) et le candidat le Bellevigne-les-Château ("Ensemble pour un territoire dynamique" - Armel Froger). Le candidat de Boul (Jean-Marc Poirier liste "ensemble pour Blou") s'est excusé, considérant le questionnaire moins adapté aux petites communes.



Article du 12 mars 2020 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI