COVID-19. Arrêt de travail : ce qui change

Le gouvernement décide de faire basculer dans le chômage partiel les salariés en arrêt de travail pour garde d’enfant(s) et les salariés vulnérables à partir du 1er mai 2020.

 

 


Avec l’allongement de la durée du confinement, les personnes placées en arrêt de travail pour garde d’enfant ou considérées comme particulièrement vulnérables face au coronavirus (atteintes de cancer, avec des antécédents cardiovasculaires, etc.) risquaient de voir leur indemnisation chuter. Le gouvernement vient de décider de deux mesures : le délai de l'indemnisation qui s'étalait sur une durée de 30 jours depuis le début du confinement décidé le 16 mars et le passage en chômage partiel au 1er mai. Cette mesure a été présentée dans un amendement du projet de loi de finance rectificative présenté vendredi dernier à l’Assemblée nationale.

Indemnisation jusqu’au 30 avril à hauteur de 90 % du salaire


Sauf convention collective plus favorable, les salariés ayant moins de cinq ans d’ancienneté et ayant bénéficié du dispositif dès la mi-mars 2020 devaient tomber mi-avril à une indemnisation équivalant à 66 % de leur salaire, contre 90 % actuellement. Ceux qui ont entre cinq et dix ans d’ancienneté auraient été touchés dix jours plus tard. Et les autres, début mai (au bout de cinquante jours d’indemnisation).
Le gouvernement vient de décider pour pour "ces salariés, et ceux vivant avec une personne considérée comme vulnérable, seront indemnisés jusqu’au 30 avril 2020 à hauteur de 90 % de leur salaire. Quelle que soit leur ancienneté. Ceux qui ont moins d’un an d’ancienneté verront leur indemnité passer rétroactivement de 50 % à 90 %, pour les jours pris à compter du 12 mars". Le gouvernement rappelle que " le délai de carence habituellement applicable avant le versement des indemnités journalières de sécurité sociale (trois jours) et du complément employeur (sept jours) est supprimé ".

Chômage partiel à partir du 1er mai

A partir du 1er mai, les salariés en arrêt de travail pour garde d’enfant ou pour les «personnes vulnérables présentant un risque accru de développer des formes graves de la maladie» passeront sous le régime du chômage partiel. Le gouvernement qui vient d’en faire l’annonce précise qu’ils percevront une indemnité à hauteur de 70% du salaire brut, soit environ 84% du salaire net. «Ces montants seront portés à 100 % du salaire pour les salariés rémunérés au niveau du SMIC». Les ministère de la Santé et du travail précisent que «sans cette mesure, le niveau d’indemnisation des salariés aurait diminué» et assure ainsi éviter d’éviter «une réduction de l’indemnisation ».A partir du 1er, 9,3 millions de travailleurs déjà en chômage partiel seront donc rejoints par les 2 millions d’assurés qui bénéficiaient de ces arrêts de travail. Le plafond de l’indemnité sera quant à lui toujours de 4,5 fois le montant du Smic.


Article du 20 avril 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Et qu'est-ce qui va changer ... 20/04/2020 21:53:24

Et qu'est-ce qui va changer pour ceux qui la peur au ventre vont reprendre le travail ?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI