Pays de la Loire. Les professionnels de santé organisés pour la conduite des soins

Dans ce contexte de crise sanitaire, l’ARS Pays de la Loire et l’Assurance Maladie des Pays de la Loire rappellent l’importance pour les Ligériens de continuer à consulter les professionnels de santé pour les pathologies qui nécessitent un suivi régulier ou une prise en charge rapide. Ainsi, dentistes, orthophonistes, kinésithérapeutes… Les professionnels de santé de la région sont organisés pour la continuité des soins hors COVID19.


L’organisation définie pour les médecins, qui privilégie la téléconsultation, s’applique également pour les professions suivantes : Infirmier, Sage-Femme, Orthophoniste, Masseur-Kinésithérapeute. Pour les soins urgents, une organisation spécifique est mise en place à l’échelle de chaque département par les Masseurs-Kinésithérapeutes, Chirurgiens-Dentistes et Pédicures-Podologues.

Pour la continuité des soins, d’abord contacter son médecin traitant ou son professionnel de santé habituel

Depuis le début de la crise sanitaire, les professionnels de santé ligériens ont mis en œuvre toutes les mesures nécessaires pour assurer la continuité et la sécurité des soins pour leurs patients, qu’ils soient malades du Covid-19 et/ou qu’ils aient d’autres pathologies.
Cependant, dans les Pays de la Loire comme ailleurs, certains patients renoncent à consulter leur médecin, comme ils le font habituellement pour des soins ponctuels ou pour le suivi régulier qu’exigent certaines maladies chroniques (diabète, maladies cardiaques ou respiratoires,…).
Ces possibles renoncements ou reports de soins peuvent avoir des conséquences graves sur la santé (pour les personnes âgées polypathologiques et les personnes atteintes d’une maladie chronique notamment). Il faut donc impérativement continuer de contacter son médecin traitant en cas de besoin, son médecin spécialiste ou un médecin le plus proche de son domicile au cas où le médecin habituel ne serait pas disponible.
De la même façon, des retards de prise en charge auprès de son orthophoniste, de son infirmier, de son dentiste, de sa sage-femme, de son masseur-kinésithérapeute, de son pédicure-podologue…, peuvent aussi être lourds de conséquence.
Il est donc recommandé aux patients, en cas de besoin de soins urgents ou pour assurer un suivi indispensable, de prendre contact avec leur professionnel de santé habituel. En l’absence de réponse, le mieux est de contacter le professionnel de santé le plus proche de son domicile et, in fine, le 15.
« Pour les soins dentaires, la première des choses à faire est de contacter son praticien habituel, explique Dominique Brachet, dentiste à Azenay en Vendée. On demandera plutôt aux patients de ne recourir à leur dentiste que pour des pathologies urgentes, douleurs importantes, abcès… Quand cela est possible, le praticien pourra gérer par téléphone et par mail avec l’envoi par exemple d’une ordonnance. Si un geste technique s’impose, les dentistes sont organisés dans chaque département pour proposer des rendez-vous et des interventions dans les cabinets de garde, poursuit-il. Les interventions sont réalisées dans des conditions de sécurité adaptées à la situation actuelle, conclut Dominique Brachet.

Médecin, infimier-e-s, sage-Femme, orthophoniste : priorité à la téléconsultation

Pour les médecins, infirmières, sages-femmes ou orthophonistes : le professionnel de santé qui assure le suivi habituel doit être contacté en priorité (un praticien exerçant dans la même zone peut également être appelé). Les téléconsultations ou les consultations par téléphone sont privilégiées lorsque le mode d’exercice et la pathologie le permet. Les infirmier-e-s poursuivent leurs permanences de soins comme à l’accoutumée.
Le suivi spécialisé (cardiologue, endocrinologue…) continue à être assuré de la même façon. Le cas échéant, le médecin traitant saura orienter vers les médecins spécialistes disponibles.
Pour les pathologies qui le nécessitent : un accueil en cabinet, maison de santé ou centre de santé est possible avec des mesures adaptées de protection et d’hygiène.
Les soins orthophoniques urgents à effectuer au domicile du patient, seront également possibles avec des mesures adaptées de protection et d’hygiène.
Il est désormais possible pour les kinésithérapeutes de suivre certains patients en rééducation à distance, par téléphone. Il est recommandé de contacter son masseur-kinésithérapeute.

Masseur-Kinésithérapeute, Chirurgien-Dentiste et Pédicure-Podologue : une organisation pour traiter les soins prioritaires

Une régulation spécifique départementale est mise en place pour permettre de consulter les professionnels de santé dont l’accueil en cabinet est pour l’instant suspendu.
Pour les masseurs-kinésithérapeutes : il est recommandé d’appeler en priorité son masseur-kinésithérapeute ou un praticien de la même zone. Le patient sera orienté vers la régulation départementale, assurée par le conseil départemental de l’ordre, si le masseur-kinésithérapeute ne peut intervenir pour un soin urgent (affection longue durée ou post-opératoire par exemple).
Pour les chirurgiens-dentistes : il est recommandé d’appeler en priorité son chirurgien-dentiste (ou un praticien de la même zone). Le patient sera orienté vers la régulation départementale si le chirugien-dentiste ne peut intervenir et qu’il s’agit d’un soin urgent.
Pour les pédicures-podologues : au sein de cabinets référencés par l’Ordre (Structures d’Urgences Podologiques) des soins urgents peuvent être réalisés pour des patients en ALD (diabétiques, artéritiques notamment) et pour des patients présentant une pathologie infectieuse à risque imminent de complications graves et/ ou d’hospitalisation. Un patient qui estime avoir besoin, en urgence, d’une prise en charge podologique doit appeler son pédicure-podologue habituel ou directement son médecin généraliste (validation du caractère urgent).


Article du 20 avril 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de Superdeg 20/04/2020 18:07:38

Mais laissez-les se reposer! Avec ce qu'ils vivent en ce moment, si c'est grave ok



Commentaire de Marg 20/04/2020 19:43:12

L’ARS nous conseille de se faire soigner, mais comment faire lorsqu’on est alité avec des souffrances atroces dans l’attente d’une opération, ne supportant plus la morphine, alors que les chirurgiens de la clinique ne sont pas autorisés à opérer. Ma situation s’aggrave chaque jour. A quand l’ouverture des blocs opératoires ???



Commentaire de Marg 21/04/2020 09:02:53

L'ARS nous conseille de continuer à nous faire soigner, c'est ce qu'on aimerait pouvoir faire. Mais lorsque l'on est alité avec des souffrances atroces, dans l'attente d'une opération, ne supportant plus la morphine, et que les chirurgiens n'ont pas l'autorisation d'opérer à la Clinique de la Loire A quand se déblocage ???



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI