Tribune libre : "Reprise économique : Imprévoyance, apathie… danger !"

Le candidat Georges Chabrier arrivé en dernière position au 1er tour des élections municipales avec 4.71% à Saumur souhaite livrer son analyse de la situation actuelle. Ouvert au débat et à la réflexion, le Kiosque lui ouvre cette tribune intitulée "Reprise économique : Imprévoyance, apathie… danger !"


"Dans le sillon du gouvernement, le maire de Saumur a annoncé des mesures de soutien à l’économie locale au sortir de la crise. Sur le principe cette initiative pourrait paraître de bonne augure, mais elle procède une nouvelle fois de décisions non partagées, tardives, suggérées et opportunes.
Pourquoi, en effet, lui fallut-il attendre l’appel de la rue et les directives du groupe de travail de la République en Marche pour accompagner les commerçants (redevances affichage, droit d’occupation domaine public….) dans de piètres recommandations. Ou bien n’a t’il pas plus simplement réagi à nos propos sur l’impérieuse nécessité d’action.
Nous étions en effet intervenus dès le 27 avril pour nous exprimer publiquement sur la pertinence « d’investir sur la prévention et la solidarité », à des hauteurs significatives et en adéquation avec l’ampleur des besoins. En ce sens, nous évoquions une « offensive forte pour prévenir les effets dévastateurs d’une reprise non soutenue, notamment en termes d’emplois » et un budget adapté de 5 millions d’euros. En réponse, le maire tire fierté d’un effort financier qu’il juge conséquent et approprié à 200 000 € ! Une goutte d’eau dans l’océan de dénuement dans lequel risque d’être engloutie la frêle mosaïque du tissu économique saumurois.
Nous sommes stupéfaits que nos élus (majorité et opposition) n’aient pas débattu pour appréhender l’ampleur des menaces et les conséquences directes du ralentissement et de l’arrêt momentané des activités, imposés par la conjoncture. Face à cet éminent problème, l’imprévoyance et l’apathie nous assurent de sombres lendemains. La situation déjà précaire de l’emploi va connaître inévitablement de nouvelles tensions sur l’ensemble de l’entreprenariat local et particulièrement sur celui dont les activités saisonnières (tourisme, culture et loisirs) constituent l’essentiel des ressources annuelles. Et comment s’imaginer que les diverses aides (avances financières, reports d’échéances...) pourront être remboursées par des structures affaiblies, dénuées de trésorerie et confrontées à un contexte précaire.

Appel à la mobilisation

La reprise est annoncée, elle se fera, pour certains, mais pas pour d’autres laissés sur la touche par des entreprises contraintes qui, si elles échappent à la guillotine, ne pourront recouvrer leur équilibre pour assurer l’emploi qu’au terme d’un long chemin.
A l’instar des restaurateurs, par exemple, frappés par une interdiction d’ouverture de longue durée, en une période cruciale, et dont les contraintes de distanciation diviseront par deux ou par trois leurs capacités d’exploitation. Il leur faudra du courage, du temps et la bienveillance de leur banquier pour envisager toute renaissance.
Quant au monde associatif, véritable ciment de notre espace social, il reste tributaire des subsides (publiques et privées) de sources menacées d’épuisement.
Le spectre du chômage se profile, alarmant pour les catégories les plus sensibles, ces bataillons de travailleurs invisibles dont on vante l’engagement en ces temps de privations et dont on oubliera indiciblement le sort, sitôt le soleil revenu. Ce sont les plus démunis, les familles monoparentales et essentiellement les jeunes et les femmes qui replongeront dans l’obscur de la précarité.
Alors non ! Stop ! Nos élus ne peuvent se contenter d’une gestion superficielle et éphémère, encouragée et justifiée par le déni de réalités inquiétantes, avérées et, à coups sûrs, exacerbées par les circonstances actuelles. Il serait temps que les promesses généreuses exprimées dans les professions de foi et les programmes de campagne se convertissent en actes. La sincérité, la solidarité, la bienveillance, le bien vivre ensemble et l’intérêt général ne se décrètent pas. Ils s’illustrent et se façonnent.
En d’autres temps Saumur a su mobiliser des millions d’euros, pendant des années, pour le rempart du château. Aujourd’hui, ce sont des vies, du présent et de l’avenir, qu’il faut sauver, autant de destins qui seront la conséquence de nos conduites. Ce ne sont pas les choix que semble partager le conseil municipal en place et c’est bien regrettable.
Nous proposons donc à tous ceux qui ont constitué des listes au 1er tour des élections municipales de se mobiliser pour engager immédiatement un débat et faire des propositions sur une problématique capitale pour la cohésion de notre cité. Il est des situations exceptionnelles qui doivent échapper à toutes considérations partisanes et justifier l’exercice sincère et lucide de la démarche démocratique. Et chacun jugera, au moment opportun, de la capacité des uns ou des autres à porter le fruit de la réflexion née de l’intelligence collective."


Article du 11 mai 2020 I Catégorie : Politique

 


11 commentaires :


Commentaire de BLANDINE PREVOST 11/05/2020 10:12:15

Ce constat alarmant n'est hélas pas réservé à la ville de Saumur, il concerne tout le pays. Mais la leçon n'en sera pas tirée pour autant, le manque de réactivité, d'implication, de bon sens, la frilosité, sont criants à tous les niveaux. Prenons l'exemple des plages, la révolte des élus s'est manifestée tardivement malgré la légitimité de leurs demandes. Je suis pour ma part pessimiste sur la gestion future de la situation, à tous les niveaux. Il faudrait redéfinir les vraies priorités, j'ai une confiance limitée en la capacité des élus à le faire



Commentaire de Allez Blandine 11/05/2020 13:44:36

Vous arrivez un peu tard mais on attend votre bon sens, votre implication et vos solutions concrètes pour gérer cette crise sans précédent. Il est facile de critiquer et d'avoir toujours la certitude que vous auriez mieux fait que les autres. Quant à l'accès aux plages, c'est vraiment secondaire.



Commentaire de PAG 11/05/2020 18:19:32

Certains parlent (ou écrivent) d'autres agissent avec tous les moyens dont ils disposent … Suivez mon regard!



Commentaire de le retraité saumurois 11/05/2020 20:45:42

Il est magnifique! Après avoir pris une "branlée" aux élections municipales, il revient! Quel courage! Oui, c'est bien de nous faire rire, merci à lui!



Commentaire de Henri 12/05/2020 07:36:05

Chabrier l’éternel donneur de leçons! Mais comme toujours avec lui et ce depuis 30 ans (souvenez-vous lorsqu’il vendait des crédits dans une petite boutique place saint pierre...!), cet ex-directeur de cabinet de JMMarchand (rapidement mis sur la touche car pas particulièrement performant à l’époque et c’est peu dire.......) défend surtout ses intérêts personnels...



Commentaire de Dominique 12/05/2020 09:31:33

J'ai beau suivre votre regard je ne vois pas de qui vous voulez parler ? Le constat est là : c'est un constat d'échec pour l'équipe municipale. La rhétorique employée par les dernières personnes qui tentent encore de défendre ces insuffisances est la même que celle de la majorité LREM : personne ne pouvait prévoir, vous n'auriez pas fait mieux... Le déni de la réalité et une autosatisfaction de tous les instants.



Commentaire de Carole 12/05/2020 17:14:54

Je ne sais pas si monsieur Chabrier est un opportuniste mais si c'est le cas il joue en promotion d'honneur par rapport à super mario qui est un maître en la matière. Je crois que même JMM qui a tant de fois changé de crémerie est bluffé par le petit commis de la macronie.



Commentaire de PAG 12/05/2020 18:47:44

A DOMINIQUE: Comme mon "regard" ne suffit pas à vous éclairer je vais mettre las points sur les I. Je parle de messieurs CHABRIER et CHANDOUINEAU qui à part leurs chroniques verbeuses sur le "KIOSQUE" ne semblent pas avoir fait preuve de beaucoup d'activité concrète envers notre communauté (ou alors ils cachent bien leur jeu!). Quant à vos allégations envers M. GOULET, vous ne faites qu'affirmer sans apporter le moindre argument pour les prouver.



Commentaire de Georges CHABRIER 12/05/2020 20:46:09

M. Henri… Libre à vous de ne pas m’apprécier. C’est votre bon droit. Et, en fait, ça me réconforte de ne pas compter parmi les biquets confinés et masqués dans l’anonymat de leurs noms d’emprunts pour distiller le fiel et l’affabulation. Sachez Monsieur l’informé qu’on peut accepter le mensonge mais pas l’inexactitude. Pour votre information, je n’ai jamais vendu de crédit à qui que ce soit. Par ailleurs, ce sont les électeurs comme vous (je présume) qui ont chassé M. Marchand de la Mairie, en 2008, et donc provoqué la fin de mon contrat lié à son mandat d’élu.



Commentaire de Roland Carrière 13/05/2020 10:45:44

Je me présente, je m'appelle Henri, je voudrais réussir ma vie, être aimé.... Et bien c'est raté ! Les thuriféraires du maire par intérim actuel qui avancent masqués, ils sont quelques uns ici, déversent leur mauvaise foi et leurs attaques ad hominem sans aucune vergogne : normal, ils sont anonymes : quel courage, je suis époustouflé !



Commentaire de Carole 25/06/2020 00:55:51

En fait plus on creuse et plus on en trouve concernant cet inquiétant monsieur G.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI