Saumur. Très attendus, les salons de coiffure reprennent du service

Leur réouverture était certainement une des plus attendues, celle des salons de coiffure. Durant deux mois leurs portes étaient closes, pendant ce temps les cheveux n’ont pas cessé de pousser. Certains ont été patients, d’autres se sont essayés aux coupes maison avec plus ou moins de succès. Les coiffeurs ont de nouveau ouvert leurs salons ce lundi 11 mai, avec des carnets de réservation déjà bien remplis et des mesures sanitaires importantes.

Matériel, siège, tablette, tout est désinfecté après chaque client chez MB Coif'.


Depuis plusieurs jours le téléphone ne cesse de sonner et les carnets de réservation ne font que se remplir. « Je suis complète jusqu’au 23 mai pour le moment », explique Magali, gérante de MB Coif’ à Saumur. Elle a ouvert son commerce après près de deux mois de fermeture ce lundi 11 mai à 8h. Depuis les clients s’enchainent pour profiter de l’expertise et des ciseaux, fort bienvenus, de la coiffeuse. La réouverture a nécessité quelques modifications et quelques aménagements pour garantir la sécurité des clients. « J’ai réalisé un fléchage sur le sol pour délimiter les endroits de passage, j’ai mis à disposition des pompes de gel hydroalcoolique et je n’utilise qu’une place sur deux afin de respecter les distances nécessaires », précise-t-elle. Elle désinfecte également les outils après chaque client, une mesure qui ne la change pas vraiment puisqu’elle effectuait déjà cette mesure auparavant. Elle précise également que dorénavant le shampoing est obligatoire pour tout le monde. La gérante est seule dans son salon de coiffure, elle n’a pas d’employé, cela lui a permis d’appliquer plus facilement les mesures et de mieux supporter ces deux mois d’inactivité selon elle. « Les mois de mars et d’avril, sont toujours deux très bons mois dans l’année, cela a donc été bien évidemment impactant. Toutefois je ne suis certainement la plus à plaindre en effet, je n’ai pas d’employé et je n’ai pas non plus de loyer ou de crédit à rembourser. C’est donc un manque à gagner, mais je m’en sors mieux que certains de mes collègues pour qui la situation est bien plus compliquée. »

Mesures drastiques et surcoût


L’organisation a été quelque peu plus complexe pour Marie Leclerc, gérante du salon Franck Provost situé dans la galerie du centre Leclerc de Saumur. Avec six employées sous sa coupe, elle a dû anticiper les mesures, outre le marquage au sol et la désinfection des outils, le salon a décidé de s’équiper de masques et de lunettes, ainsi que de matériels jetables comme des peignoirs ou des serviettes. « Les clients doivent eux aussi porter un masque, ces mesures ont particulièrement rassuré mes employées et étaient heureuses de savoir que de telles mesures étaient prises. En effet notre métier ne nous permet pas de respecter la distanciation, il faut donc s’adapter », explique-t-elle. Elle ajoute, « en règle générale, les mesures ont été bien acceptées et assimilées par les employées comme les clients. » L’enseigne du salon a imposé un kit d’hygiène, qui est à la charge du salon. Une compensation financière de deux euros est donc demandée sur les prestations de coiffure afin d’absorber ce surcoût. "Même s'il y a du monde à venir dans les prochains jours, cela ne compensera pas le manque à gagner des deux mois, une fois que les gens ont les cheveux coupés, ils ne reviennent pas immédiatement. Nous attendons donc les aides de l'Etat, mais tout devrait bien se passer", ajoute avec confiance Marie.

S’adapter tout en préservant le personnel

Le salon accueille désormais moins de personnes en instantané puisqu’une place sur deux est utilisée pour respecter les distances. Toutefois, ce salon n’a pas pu faire évoluer sa plage horaire, étant contraint aux heures d’ouverture de la galerie. « Mais de toute façon, je n’aurais pas souhaité ouvrir plus, si c’est pour avoir une équipe sur les rotules au bout de quelques semaines, ce n’est pas la peine. Pourtant l’enseigne nous avait conseillé de faire des ouvertures jusqu’à 22h le vendredi, chose que l’on ne peut pas faire ici. » Pour ne pas se laisser déborder, Marie Leclerc a pris des réservations depuis quelques jours et a consacré cette matinée du 11 mai à l’accueil clients et aux réservations. La situation a donc demandé de nombreux aménagements, la responsable se dit toutefois confiante au vu de cette première journée qui s’est bien déroulée.


Article du 11 mai 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Pas d'accord avec Marie Leclerc 11/05/2020 15:35:03

Si l'’enseigne du salon a imposé un kit d’hygiène, chose tout à fait normale, ce n'est pas au client de payer. Soit l'enseigne rembourse le salon ou bien cela est à déclarer dans les frais généraux.



Commentaire de PAG 11/05/2020 18:10:38

"PAS D'ACCORD…" aime bien couper les cheveux en quatre!



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI