Pays de la Loire. Vers la fin des chèques cadeaux à l’agro-industrie ?

Lors de la commission permanente du Conseil régional du 30 avril, la majorité a approuvé un nouveau cahier des charges pour l’octroi de subventions aux industries agro-alimentaires en Pays de la Loire. Il intègre enfin des engagements des entreprises sur le respect de critères environnementaux, sociaux et sanitaires. Les élu.e.s du groupe Ecologiste et Citoyen se félicitent de cette avancée. Elle contribuera à la transition vers un modèle agricole et alimentaire plus durable et cohérent, une nécessité exacerbée par la crise actuelle du coronavirus.

Les élus du groupe Ecologiste et Citoyen à la Région Pays de la Loire (De gche à dte : Christophe Dougé, Sophie Bringuy, Lucie Étonno, Franck Nicolon, Christelle Cardet)


Christophe Dougé, conseiller régional membre de la commission agriculture : « Les subventions publiques à des entreprises privées doivent être conditionnées à des engagements d’intérêt général. C’est une question d’efficacité et de cohérence avec les enjeux de santé alimentaire, du climat ou encore de la pollution de l’eau. Or, depuis 2016, plus de 20 millions d’euros de « chèques cadeaux » ont été versés aux industries agro-alimentaires sans aucune contrepartie écologique ni sociale. Le nouveau dispositif d’aide voté fin avril constitue un premier pas vers une démarche plus qualitative pour la Région. A un an de la fin du mandat, il était grand temps ! »

Il ajoute : « Concrètement, les nouveaux critères d’attribution favoriseront l’accès aux aides pour les petites entreprises tout comme celles pourvoyeuses d’emploi sur les territoires. Elles privilégieront les structures dont l’approvisionnement est de proximité (80 km), de qualité (bio, labels AOC…) et garant d’un équilibre alimentaire (fruits, légumineuses,…). Les entreprises engagées dans une démarche qui contribue à l’amélioration des performances environnementales et sociales seront également avantagées. »

Lucie Etonno, co-présidente du groupe Ecologiste et Citoyen : « La crise du Covid-19 montre la vulnérabilité de notre société et la nécessité de travailler pour notre autonomie alimentaire et donc la relocalisation de nos productions et leur transformation. Les aides régionales doivent prendre en compte cet impératif. C’est le sens de notre travail d’élu.e.s : nous assurer que l’argent public sert l’intérêt général. »

*ARIAA : Aides régionales à l’investissement des industries agroalimentaires.


Article du 13 mai 2020 I Catégorie : Politique

 


1 commentaire :


Commentaire de Superdeg 13/05/2020 11:05:03

Et le bien-être des animaux et le traitement des déjections? On a oublié?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI