Maine-et-Loire. Les Sternes de Loire, des espèces fragiles à protéger

Chaque année, le département de Maine-et-Loire accueille un grand nombre de Sternes qui viennent se reproduire sur les îles de Loire. Si ces oiseaux s’exhibent volontiers en vol, ils sont très vulnérables au sol. Depuis la fin mai, de nombreuses installations sont observées. La vigilance et les efforts de tous restent plus que nécessaires, notamment en cette période qui précède la couvaison.


Chaque printemps, deux espèces emblématiques, connues pour leurs pêches spectaculaires et leurs cris reconnaissables entre tous reviennent séjourner en Anjou : la Sterne naine et la Sterne pierregarin. Ces oiseaux sont présents de la fin mars à la fin du mois de septembre. Pendant cette période, les sternes s’installent en colonie et creusent leurs nids à même le sable, sur les bancs de la Loire non rattachés à la berge. Les risques de dérangements sont importants, la plupart liés aux activités humaines. Ces oiseaux sont très farouches et abandonnent facilement leurs nids si l’on s’en approche de trop près ou trop fréquemment. Chaque année, des colonies entières disparaissent.

Déconfinement et beaux jours en cause

Le déconfinement et l’arrivée des beaux jours s’accompagnent également d’une hausse des loisirs de plein air sur la Loire. La vigilance est donc accrue. À cela s’ajoutent les risques naturels et aléas climatiques. Cette année, il semble qu’il y aura moins de grèves occupées par les sternes que l’an dernier, mais avec des effectifs plus importants. Ce qui implique une plus grande fragilité de la population. La divagation d’animaux domestiques, notamment des chiens, est aussi un facteur important de dérangement. Ces derniers courent sur les grèves et augmentent le risque de faire s’envoler les colonies ou de piétiner les nids. Pour une bonne cohabitation des hommes et de la nature, le respect de bonnes pratiques est donc plus que nécessaire, afin de permettre à ces espèces emblématiques de se reproduire et aux poussins de prendre leur envol.

Agir pour protéger les nichées

Premier département d’accueil pour les populations ligériennes de sternes, le Maine-et-Loire a de fait une responsabilité très forte pour la survie de ces espèces menacées et protégées. Chaque année, le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine et la LPO Anjou agissent ensemble pour tenter de préserver la tranquillité des sites de reproduction et ainsi assurer aux sternes les conditions nécessaires à l’envol des jeunes : sensibilisation, suivi hebdomadaire des colonies, mise en place de signalisation sur les sites sensibles…

Une mesure phare

Depuis 2013, la Préfecture a mis en place deux « Aires de Protection de Biotope » (APB) qui visent à préserver les habitats d’espèces protégées, en restreignant localement les actions et activités pouvant leur porter atteinte. Ces mesures réglementaires couvrent la période de reproduction des sternes, soit du 1er avril au 15 août et s’appliquent à tous les bancs de sable non accessibles à pied sec, de Saumur à Montsoreau et de La Daguenière au Thoureil. C’est en effet dans ces zones que les îlots sont les plus stables et accueillent chaque année la majeure partie de la population de sternes du département. L’accès aux îlots concernés est interdit, tout comme l’accostage, le stationnement des embarcations, la divagation d’animaux domestiques, le bivouac, le camping et les feux. La Police de l’Environnement privilégie la pédagogie, mais est habilitée à constater et verbaliser les contrevenants à ces dispositions. Des panneaux rappelant les interdictions en vigueur seront prochainement installés par les bénévoles de la LPO Anjou, sur les grèves concernées, dès que les conditions le permettent. La réglementation de l’APB s’applique même en l’absence de signalisation. Des panneaux permanents sont disposés sur les quais et cales des tronçons visés. Des agents de la police de l’environnement patrouillent également dans ces secteurs.

Sensibiliser tous les publics

Malgré ces différentes actions, des dérangements sont encore constatés chaque année. Certaines habitudes et comportements doivent évoluer si l’on souhaite pouvoir laisser aux générations futures une Loire accueillante pour de nombreuses espèces d’oiseaux. Les efforts renouvelés de tous les Ligériens, qu’ils soient habitants, sportifs, touristes, pêcheurs, etc. sont nécessaires pour assurer la survie de ces espèces emblématiques du fleuve. Les professionnels tels que les loueurs de canoës ou les Offices de Tourisme ont aussi un rôle d’information à jouer. La LPO et le Parc insistent sur l’effort de pédagogie qui doit être fait auprès des habitants et des estivants, qui agissent souvent par méconnaissance.


Article du 10 juin 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Affligé 11/06/2020 17:39:52

Habitant près du banc de sable du quai du Jagueneau sous arrêté de biotope j'ai du appeler la police la semaine passée pour 6 candidats à la noyade qui se trempaient les pieds sur le cul de grève. Pour en arrivé là ils traversent régulièrement le banc. Adieu les sternes. Ce n'est portant pas les panneaux d’avertissement qui manquent à chaque accès du quai.



Commentaire de Affligé 12/06/2020 08:34:59

Après vérification l'interdiction ne vaut que pour les grèves non accessibles à pied sec depuis la berge. Reste que c'est super dangereux d'aller sur le cul de la grève.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI