Loudun. Une fusion avec le CHU de Poitiers au 1er janvier 2021

Le CHU de Poitiers vient de confirmer le projet de fusion avec le groupe hospitalier Nord-Vienne, dont dépend l'hôpital de Loudun, pour janvier 2021. Une fusion jugée prématurée par la CGT.

Le centre hospitalier de Loudun


À travers un communiqué, la direction du CHU de Poitiers a annoncé le projet de fusion entre celui-ci et le groupement hospitalier Nord-Vienne, qui comprend les hôpitaux de Châtellerault et Loudun. « Après un an et demi de direction commune, les conditions sont réunies pour procéder à la fusion du CHU de Poitiers et du Groupe hospitalier Nord-Vienne au 1er janvier 2021 », indique le CHU. Il rappelle également que depuis le 1er novembre 2018, le CHU de Poitiers et le Groupe hospitalier Nord-Vienne sont en direction commune et que « « chaque établissement est resté autonome sur les plans juridique et financier. » La direction ajoute que cette fusion permettra de « poursuivre le développement de l’offre médicale en organisant les filières de soins publiques et des partages de ressources humaines sur l’ensemble du département de la Vienne. »

Simplifier la gestion administrative et financière

Sur un plan technique et administratif, cette fusion permettra de simplifier la gestion et l’organisation des instances, aujourd’hui propres à chaque établissement, de fusionner les trésoreries et de simplifier également la gestion budgétaire. « Les investissements du Groupe hospitalier Nord-Vienne en seront facilités ». La direction salue par ailleurs « le dynamisme et les efforts des équipes médicales des deux centres hospitaliers qui se sont entièrement mobilisés pour établir des coopérations, tant à Châtellerault qu’à Loudun ». Notamment en cardiologie, cancérologie, pneumologie, hépato-gastro-entérologie, endocrinologie, neurologie, ORL, ophtalmologie, gynécologie-obstétrique, chirurgie vasculaire, chirurgie plastique et soins palliatifs. Elle rappelle enfin le travail engagé il y a trois ans des équipes communes ont été constituées en urgences-SMUR, biologie, hospitalisation à domicile et plus récemment l’imagerie.

De longs mois de travail

Pour engager la fusion entre le CHU de Poitiers et le Groupe hospitalier Nord-Vienne, un comité de pilotage a été mis en place. En lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, il traite des questions inhérentes aux ressources humaines, aux achats, aux aspects juridiques, administratifs et techniques auxquelles les deux établissements doivent répondre.

Une fusion prématurée pour la CGT

De son côté la CGT du CHU de Poitiers a réagi en envoyant une lettre ouverte au ministre des Solidarités et de la Santé. Le syndicat demande un moratoire sur la fusion des établissements de santé. Il écrit que « le Président de la République a affirmé que “le jour d’après ne sera pas un retour au jour d’avant ” et promis de “tirer toutes les conséquences”. Or, pour améliorer la prise en charge des besoins de santé sur notre territoire, cette fusion n’est pas de bon augure, car elle va engendrer des fusions de services, fermetures de lits et suppression de postes. Au moment où vous tenez un Ségur de la santé, qui doit travailler sur la réorganisation des hôpitaux publics, cette fusion n’est-elle pas prématurée ? » Il ajoute ensuite : "La crise sanitaire que nous venons de traverser a mis en évidence toutes les défaillances des hôpitaux déjà dénoncées depuis un an par les salariés mobilisés ici comme partout en France : manque de personnel, manque de matériel, conditions de prise en charge des patients et conditions de travail fortement dégradées. Il faut stopper cette politique de santé et cette logique destructrice de l’offre de santé publique. Le service public de santé doit pouvoir répondre aux besoins de la population en tout point du territoire."


Article du 12 juin 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Uncle Jack 12/06/2020 21:15:47

Espérons que cela permettra de pallier aux refus des médecins de prendre des clients supplémentaires !



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI