Maine-et-Loire. De nombreux débats autour de la crise sanitaire au conseil départemental

Lundi 29 juin, à l'occasion de la réunion du conseil départemental, le Département a adopté un budget supplémentaire impacté par des dépenses exceptionnelles liées à la crise du Covid. Pour faire face à l'ensemble des besoins liés au COVID-19, le Département a créé une ligne budgétaire spéciale. 3,7 millions d'euros ont dès à présent été mobilisés pour apporter une première réponse à la crise.

Christian Gilet président du département, et Gregory Blanc chef de fil de l'opposition L'Anjou en action.


Depuis plusieurs semaines, dans le contexte de crise inédite que nous connaissons, le Département se mobilise, afin de venir en aide aux publics les plus vulnérables et soutenir les secteurs impactés par les conséquences du COVID-19. Aides exceptionnelles, commandes de masques, dispositifs de soutien, adaptation de l’activité de ses propres services, le Département a multiplié les initiatives témoignant de son rôle essentiel en matière de solidarité. Toutefois un autre point s'est invité dans les débat lors de cette séance, la prime exceptionnelle pour les salariés de l'aide à domicile. Le 23 juin dernier le président du Département, Christian Gilet avait fait savoir sa réticence à octroyer une prime aux salariés des établissements et services qui dépendent de la collectivité ayant été mobilisés durant le crise sanitaire. Selon le président, cette charge revenait à l’État et non au Département, il pose alors la question : "Pourquoi seulement aux personnes du secteur du maintien à domicile et pas à l'ensemble des agents du département ?"

Un refus qui fait réagir


L'opposition départemental sous la houlette de Grégory Blanc a rétorquer en indiquant que cette aide représentait 1,5 million d'euros soit seulement 0,25% du budget global. "L’Etat verse une prime pour les personnels des EHPAD, y compris pour la part qui relève normalement du Département. Il appartient à notre collectivité de valoriser les personnels dont il a la tutelle. Pas ceux des «résidences autonomie», ils relèvent des communes, mais bien des aides à domicile qui relèvent de la responsabilité du Département" a-t-il déclaré.Le refus de cette prime avait également fait réagir le président de fédération des associations ADMR du Maine-et-Loire qui compte 1 500 salariés. il a expliqué que les salariés déjà largement sous payés sont allé assurer leur mission durant le crise du Covid avec la peur de contracter le virus. Des dizaines de travailleurs ont ainsi été contaminés et au moins 60 patients avaient été diagnostiqués positifs. Cette prime aurait alors été comme une reconnaissance.

Vers une revalorisation des salaires ?


Les discussions des deux camps qui restaient campés sur leur positions auront duré une bonne partie de la matinée avant qu'un autre scénario ne soit évoqué et qui semble faire consensus. Ce scénario est celui d'une revalorisation des salaires. Le président du Département avait fait savoir qu'il préférerait une augmentation des salaires jusqu'à 10%. Toutefois l'opposition se demande si ces 10% viendront s'ajouter à l'augmentation prévue par l’État où si cela n'est n'est qu'un écran de fumé. Même son de cloche du côté de la CFDT Santé-Sociaux.

Les autres décisions du conseil départemental

Le Département a très tôt pris en compte la question des conséquences du COVID sur la culture, afin de défendre celles et ceux qui font le dynamisme culturel local, tout en permettant la reprise de la vie sociale et culturelle des habitants. Afin de permettre la reprise rapide de l'activité culturelle, le Département a ainsi décidé :
- Création d’un festival totalement inédit du 20 juin au 30 août. Une trentaine de rendez-vous en plein air sont ainsi proposés aux habitants au cœur du Château du Plessis-Macé, dans toutes les disciplines artistiques, à prix doux.
- Versement de la totalité des subventions culturelles prévues aux collectivités, aux structures professionnelles ou pour l’organisation d’événements, même si ces derniers sont reportés (dans le cas des événements annulés, une subvention est effectuée au prorata des dépenses engagées).
- Réouverture dès le mois de mai de la collégiale Saint-Martin et du château du Plessis-Macé, dont l’accès est gratuit jusqu’à fin août.

Comment le Département va-t-il financer ces nouvelles dépenses ?

Des dépenses qui augmentent, des recettes qui baissent, comment le Département va-t-il pouvoir équilibrer son budget ? Tout d'abord, comme décidé en début d'année, lors du vote du budget primitif, le Département n’aura pas recours à l’impôt pour financer ces dépenses exceptionnelles. En revanche, en raison de cette situation inédite, la trajectoire de désendettement ne pourra pas être poursuivie. Il n’y aura pour autant pas de surendettement de la collectivité lié à la crise de la Covid. Malgré ces dépenses imprévues, la dette de la collectivité sera stabilisée à 382+2M€ (au lieu de 378 M€ initialement prévu), ce qui place le Maine-et-Loire dans la moyenne des collectivités de même strate. Pour plus de renseignements concernant les différentes mesures prises par le département concernant les solidarités, et les dépenses supplémentaires, rendez-vous sur notre article par ailleurs.


Article du 30 juin 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI