Maine-et-Loire. Des roses sud-saumuroises dévorées par les chevreuils à Terra Botanica

A l'occasion de ces 10 ans d'existence, le parc du végétal Terra Botanica s'était offert une rose à son nom. A quelques jours de la présentation officielle au public, les jardiniers ont eu l'étonnante surprise de voir leurs fleurs toutes dévorées par des chevreuils.

Image d'illustration de la roseraie de Terra Botanica.


En ce début de semaine, les nouvelles roses créées spécialement pour l’anniversaire de Terra Botanica manquent dans le parc. Mercredi 8 juillet les paysagistes du parc Terra Botanica se sont aperçus de la disparition des nouvelles roses arrivées quelques jours plutôt. La Rosa Terra Botanica® a été créée à l’occasion de la célébration du 10e anniversaire du parc du végétal par Jean-Marc Pineau. Ce rosiériste Montreuillais spécialisé dans l’hybridation est déjà reconnu pour la rose qui porte le nom de sa ville à laquelle il a voulu rendre hommage « Montreuil-Bellay ». Alors qu’une petite moitié, déjà livrée, sur les 80 rosiers commandés par le parc allait être présentée aux visiteurs cette semaine, les paysagistes du site se sont réveillés mercredi matin avec la surprise de ne plus voir ces fleurs si spéciales parmi les 500 000 plantes qu’abrite le site. Selon le personnel en charge des jardins, le crime aurait été commis par… des chevreuils. En effet, Terra Botanica est également détenteur d’une réserve sauvage. Par chance, ce rosier à la particularité de fleurir trois fois dans l'année, au printemps, au début du mois de juillet et à la fin de ce mois ou au début d'août. Rendez-vous dans quelques semaines donc pour apprécier la robe de la rose de Terra.

Des roses made in Sud-Saumurois

Si elles sont le fruit du travail d’hybridation d’un habitant de Montreuil-Bellay réputé pour son travail sur ces fleurs, les roses de Terra sont particulièrement ancrées dans le Saumurois. Elles ont en effet été produites et élevées dans les pépinières Chastel à Doué-en-Anjou. Cette entreprise douessine qui emploie sept personnes produit 600 variétés de rosiers sur une surface de 25 hectares. Il faut dire que la renommée du territoire n’est plus à faire quant à la production de cette plante à la fois belle et piquante, qui plus un met de choix pour les cervidés.


Article du 09 juillet 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI