Saumurois. Face à une saison touristique compliquée, l'office de tourisme a innové

Cette saison touristique aura bien évidemment été fortement impactée par la crise sanitaire. Toutefois la SPL Saumur Val de Loire tourisme a utilisé de nombreux leviers pour parvenir à sauver au mieux cette saison.


A l’occasion d’un point presse Jean-Jacques Micoud, directeur de la Société publique locale (SPL) Saumur Val de Loire Tourisme, et Jean François Miglierina, le nouveau président de la SPL, ont dressé le bilan de la saison touristique estivale. De manière globale, on note que les sites proposant une activité en extérieur ont plutôt bien fonctionné tandis que les sites d’intérieur et de grande taille ont eu saison plus difficile. « Les Français ont exprimé un vrai rejet du surtourisme, la crise du covid a confirmé ce sentiment. Il y a une plus grande recherche d’un tourisme nature, les Français veulent redonner du sens », explique Jean-Jacques Micoud. Si les attentes ont évolué, cette année particulière en raison de la crise sanitaire a également fait évoluer le public venu dans le Saumurois. « On a eu à faire en très grande partie à des Français, les 20% de touristes étrangers que l’on fait habituellement ne sont pas venus cette année. On a également noté une augmentation de près de 20% du tourisme d’hyperproximité (NDLR régions voisines) », poursuit-il. Un point plutôt positif qui a permis de maintenir la saison relativement à flot, même si « tout le monde n’en sortira pas indemne et que les mois de printemps perdu le sont définitivement. »

Développer les atouts du territoire

La SPL tourisme compte bien transformer l’essai et développer plusieurs stratégies pour faire du Saumurois une région touristique reconnue. « Il faut que l’on réussisse à transformer ce tourisme de proximité « subi » en tourisme choisi », indique Jean-François Miglierina. L’autre angle d’attaque du nouveau président est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. « On doit avoir plusieurs cordes à notre arc et être plus généraliste. On est une des capitales mondiales du cheval et cela attire bon nombre de touristes, très bien, mais il n’y a pas que cela. Il convient de développer tout le potentiel du territoire. » Sur le cheval, lui-même cavalier émérite, il estime qu’il est indispensable de la démocratiser et de renforcer l’offre autour de cette activité, autour de balades à cheval sur les abords de la Loire par exemple… « J’aimerais aussi que l’on puisse ramener des chevaux dans le centre de Saumur. Que les touristes ne voient pas uniquement le grand cheval de fer sur le bord de l’autoroute », précise-t-il.

Un plan com’ efficace

Quoi qu’il en soit cette saison aura été pour les acteurs du tourisme « contrastée », selon les mots du directeur de la SPL. « On avait l’impression que cela repartait dans l’été, mais il semble que cela connaisse un coup de mou. La courbe de fréquentation est proportionnellement inverse à la courbe de reprise de l’épidémie. » Mais les équipes de l’office de tourisme ne sont pas pour autant défaitistes et travaillent d’arrache-pied pour relancer le secteur. « Nous avons été particulièrement présents durant le confinement et au début de l’été avec de très nombreux passages médiatiques dans des supports divers de la France entière, y compris dans de gros médias nationaux (notre article) », souligne Jean-Jacques Micoud. La stratégie saumuroise est plus on est dans les esprits des Français, plus vite le secteur repartira et sera attractif. « L’idée est de créer un bruit de fond et que les gens se disent « tiens le Saumurois j’avais quelque chose dessus cela à l’air chouette on pourrait y aller »», éclaire le directeur.Un important travail a également été mené par les équipes sur les réseaux sociaux en abondant les différents canaux de publications. En cumulé, ce sont 900 000 vues sur les différentes vidéos postées, un score impressionnant. « Il y a eu de très gros retours et un taux d’engagement très important », souligne Jean-Jacques Micoud.

Des rentrées d’argent en chute libre

Le Saumurois est un territoire particulièrement attractif en termes de tourisme, à lui seul il concentre près de la moitié des visiteurs qui viennent en Anjou. L’un de ses atouts est notamment la Loire à Vélo, un itinéraire cyclable plus que reconnu qui attire chaque année énormément de touristes. Cette année la fréquentation a explosé, toujours dans l’idée d’un tourisme nature en extérieur. Il y a eu 15% d’augmentation sur les compteurs de la Loire à Vélo dans le Saumurois. « Il faut savoir que le panier moyen d’un touriste sur la Loire à vélo est de 80 euros par jours, ce qui n’est pas négligeable remit sur l’ensemble des pratiquants. » Une rentrée d’argent pour les acteurs du tourisme qui était la bienvenue puisque cette année il n’y a pas eu les grands événements pour attirer les touristes. « L’agglomération par rapport à sa taille et son nombre d’habitants compte une très forte densité d’événements habituellement. Cela est un réel moteur d’attractivité. Nous avons fortement ressenti cette perte avec une chute des rentrées d’argent lié à la billetterie, la fréquentation des bureaux d’information touristique ont également enregistré une baisse de 30% de la fréquentation, donc des achats en moins », témoigne le directeur. Malgré un bilan en demi-teinte les équipes de la SPL ne baissent pas les bras et continuent leur travail en espérant se rattraper sur l’année prochaine : « Il ne faut pas être défaitiste et continuer à tout mettre en place pour relancer la machine. Même si l’on sait que ce que nous avons perdu au printemps l’est définitivement et que les mois d’automne et d’hiver à venir ne seront certainement pas des plus intéressants. Nous ressentirons l’impact de cette crise sur deux exercices », conclut Jean-François Miglierina.

Classé station touristique

Dernier point évoqué durant ce point presse, la certification AFNOR de l’office de Tourisme du Saumurois. Celui-ci a été certifié en novembre 2019 et a reçu début septembre le label de 1ere classe. Cela permet au Saumurois d’être reconnu comme station touristique et permet à la ville de se doter de certains équipements qui renforceront encore l’attractivité, comme un casino par exemple. Le territoire a également reçu le classement de destination numérique et est passé de la 300e place en janvier 2018 à la 9e au mois de juillet de la même année, une progression remarquable. Aujourd’hui l’office reste dans le top 10.


Article du 01 octobre 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Le Petit train ou les caleche 01/10/2020 19:50:33

Que doit t on choisir privilégier le traîne couillons Ou ramener les caleche dans Saumur Pour les touristes Pour la navette entre les parking Marc Leclerc centre ville Chardonnet centre ville Etc ... Après est-ce que Saumur est une ville de cheval ou une ville équestre



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI