Fermeture des commerces. Philippe Chalopin : "Aller contre le décret n'est pas la meilleure solution

Le président départemental de l’Association des maires de Maine-et-Loire et maire de Baugé-en-Anjou, Philippe Chalopin, s’exprime sur le rôle des maires qui doivent affronter le mécontentement des commerces locaux contraints de fermer en raison du confinement. Il n'est pas sur la même ligne que son confrère, maire de Longué-Jumelles et référent de l'APVF (Association des Petites Villes de France) pour le département, Frédéric Mortier...(notre article par ailleurs). A lire aussi par ailleurs, l'expression de Gilles Talluau, Maire de Varennes sur Loire et Président de l'AMR49 (Association des Maires Ruraux de France, délégation de Maine-et-Loire)

Philippe Chalopin, Président de l'AMR49 et maire de Baugé-en-Anjou


Alors que des maires « entrent en résistance » sur l'interdiction d'ouvrir des petits commerces de proximité dits »non-essentiels et après l'arrêté pris par le maire de Noyant-Villages permettant aux commerces de proximité même non-essentiels » d'ouvrir leurs portes suivi du courrier du Préfet de Maine-et-Loire aux élus (notre article), Philippe Chalopin, président départemental de l’Association des maires de France (AM49), et maire de Baugé-en-Anjou, fait part de ses réflexions.

L’AMF 49 soutient le commerce de proximité et tous les maires soutiennent les commerces de proximité – ils sont les poumons de nos centres-villes et en cette période difficile nous sommes à leur côté. Cependant nous estimons que « Prendre des arrêtés municipaux » pour aller contre le décret du Premier ministre n’est pas la meilleure façon de soutenir les commerces de proximité.

En premier lieu, c’est exposer les commerces à des sanctions financières – pénales mais aussi à des risques sanitaires. Les maires prennent également les mêmes risques auxquels s’ajoute le risque de division et de confusion. On pourrait ainsi avoir des secteurs où les commerces sont autorisés à ouvrir et à quelques kilomètres des commerces fermés – personne ne va plus rien comprendre.

Dans cette période très compliquée, les maires ne doivent pas ajouter à la confusion ! je rappelle aussi que les maires sont aussi des représentants de l’État – nous devons agir dans le cadre légal. Si chacun se met à « faire ses propres lois », le pays va vite sombrer dans le chaos le plus total. Les citoyens ont besoin de repères. Notre pays traverse une crise sanitaire et économique majeure, nous devons faire preuve de discernement et être unis dans l’action. Cette vision est partagée par le conseil d’administration de l’AMF 49.

Lorsque la loi n’est pas « bonne » ou n’est pas cohérente il faut la changer. c’est là notre rôle et celui des parlementaires. Le décret du 29 octobre comporte un certain nombre d’incohérences notamment sur les commerces essentiels (on interdit les commerces de vente de textile ; on ferme les librairies mais on autorise les grandes surfaces à vendre des vêtements et des livres ; on autorise les jardineries mais on va fermer les fleuristes) .

Lundi matin (2 novembre), le comité directeur des maires de France se réunit en visioconférence. Membre du comité directeur national, et fort du soutien du Conseil d’administration, je vais demander à ce que l’AMF fasse évoluer le texte. Son président François Baroin s’est déjà engagé dans cette démarche. Nous devons être force de propositions car il ne faut pas faire n’importe quoi. Il faut par exemple travailler à la définition du commerce essentiel. C’est quoi un commerce essentiel ? Faut-il raisonner par rapport à la taille de la commune ; le nombre de commerces dans la commune. Faut-il raisonner en termes d’activités ? Faut-il prendre en compte la taille du magasin, le nombre d’employés ?

Pour ma part je pense, qu’il faut s’appuyer sur les maires qui doivent être totalement associés. Cela ne peut pas se décider à Paris ! Mais attention, il faudra aussi que les maires assument leur part de responsabilité qui va en découler. Le travail est important et chacun comprendra qu’il ne faut pas agir dans la précipitation mais avec circonspection

Autre sujet important : la numérisation des commerces de proximité. Aujourd’hui, les habitudes des clients ont changé – beaucoup de personnes commandent par internet et la crise actuelle va accentuer ce phénomène. J’invite donc tous les maires de Maine-et-Loire à accompagner les commerçants dans cette démarche. Des plateformes du « e-commerce de proximité » doivent être créées ou modernisées lorsqu’elles existent. Nous sommes tous en retard sur ce sujet. Il faut amplifier la démarche.

On peut imaginer dans les territoires ruraux aussi des services de livraison mutualisés entre commerçants – on autorise la vente à emporter mais il n’existe que très peu de services de livraison à domicile. Il y a manifestement beaucoup de choses à construire très vite.

Pour conclure, je veux redire que les maires de Maine-et-Loire sont en première ligne sur beaucoup de sujets (commerces, écoles, soutien à l’économie, maintien des services publics) et que nous sommes tous quotidiennement aux côtés de nos citoyens tous les jours. L’état doit s’appuyer sur les maires car les solutions ne viennent pas toujours de Paris – elles viennent souvent du terrain. Je regrette que le décret du 29 octobre 2020 n’ait pas pris en compte cette réalité. Les préfets n’ont aucune marge de manœuvre et les maires ne sont pas consultés en amont. Il est indispensable de mettre en œuvre le binôme préfet / maire. Il faut passer de la parole aux actes. »


Article du 02 novembre 2020 I Catégorie : Politique

 


2 commentaires :


Commentaire de Quelle différence ! 02/11/2020 10:51:24

Décidément, M. Chalopin et M. Mortier ne jouent pas dans la même catégorie. Pragmatisme d'un côté, communication de l'autre. Deux façons différentes de représenter les maires du Maine-et-Loire.



Commentaire de Francis Prior 02/11/2020 18:46:11

Voilà une contribution au débat qui s'éloignent des incantations des rebelles à tout. OUi il faut en profiter pour réorganiser le commerce de proximité sur des bases numériques.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI