Maine-et-Loire. Rassemblement contre le projet de loi "sécurité globale" samedi 28 novembre à Angers

Samedi 28 novembre, l’intersyndicale de Maine-et-Loire organise un rassemblement à 14h30 à Angers, place du Ralliement, pour manifester contre le projet de loi Sécurité Globale. Le communiqué.


« Le 17 novembre, l’examen à l’Assemblée nationale de la proposition de loi relative à la sécurité globale a débuté dans le cadre d’une procédure accélérée. Ce texte contient de nombreuses atteintes au droit de la vie privée, à la liberté d’informer, au principe d’égalité et à des principes constitutionnels de légalité des peines et délits comme l’a dénoncé la défenseure des droits dans son avis publié le 5 novembre. Il suscite une opposition très large dans la société : la Ligue des Droits de l’Homme, la Libre Pensée, les syndicats de journalistes ou d’avocats, la défenseure des droits, la commission nationale consultative des droits de l’homme, le conseil des droits de l’homme de l’ONU, et même la Commission européenne.

Nos organisations considèrent que ces dispositifs n’ont pas vocation à protéger la population ou à contribuer à la pacification des manifestations, mais à faciliter la répression des militants et à intensifier les pratiques de nassage, de gaz et grenades lacrymogènes. La liberté de la presse est également dans le viseur avec la création d’un nouveau délit qui empêche la diffusion d’images d’agent de police ou de gendarmerie. Nos organisations alertent sur le transfert de compétences qui relèvent des missions de l’État aux policiers municipaux ou à des agents de sécurité relevants d’entreprises privées. Elles dénoncent l’utilisation des drones qui pourrait conduire à la surveillance de la population et à la mise en cause de la liberté de se déplacer ou de manifester.

Lundi 23 novembre 2020 encore, les forces de l’ordre sur ordre du préfet de police de Paris n’ont pas hésité à utiliser la force – coups de pied et même coups de matraque ; gaz lacrymogène et grenades de désencerclement – pour déloger un camp de migrants qui s’était regroupé à l’appel d’associations de réfugiés, Place de la République, après avoir été évacué la semaine auparavant de Saint-Denis sans aucune solution ni promesse de relogement. Pour nos organisations, de tels comportements sont parfaitement intolérables. C’est pourquoi les organisations départementales CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF et UNL de Maine-et-Loire exigent le retrait de ce projet de loi qui s’oppose aux principes républicains de Liberté, d’Égalité et de Fraternité et s’attaque à notre liberté de manifester. Nous appelons nos militants et adhérents, l’ensemble des salariés à se rassembler samedi 28 novembre 2020 à 14h30 place du Ralliement à Angers. »


Article du 25 novembre 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Superdeg 25/11/2020 17:19:57

Il faut juste lorsqu\'il y a désordre sur la voie public de faire trois sommations pour que les fouteurs de trouble se dispersent et après s\'ils ne s\'exécutent pas, les forces de l\'ordre agissent avec tous les droits, car des heures pour expulser ces gens là qui insultent, cherchent à blesser physiquement et psychiquement ceux qui nous protègent , faut plus leur faire de cadeau, sans police plus de liberté : on sera volé, agressé, insulté, tué ce sera la loi du plus fort



Commentaire de non mais !!! 25/11/2020 17:42:34

non mais !!! les associations mobilisent des migrants en masse pour faire bouger les choses alors que le logement n'est pas à la hauteur de la demande de plus en plus accrue, après on s'étonne des mouvements de colère et la réponse donnait à ces mouvements par les forces de l'ordre qui font le sale boulot , puisque les frontières devraient être fermées pour éviter cet afflux de migrants qui espère mais qui n'aura rien !!! la France n'a pas vocation de sauver la terre entière puisque déjà les français peinent aussi !!! les associations devraient ouvrir leurs chez eux après tout!!!



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI