La chronique du jeudi : Les conseils culture d'Anthony Bussonnais

Chaque jeudi, retrouvez la chronique culturelle dans laquelle Anthony partage avec vous ses découvertes et ses coups de cœur (films, séries, musiques, lectures...). De quoi occuper les longues journées et soirées de confinement (1).


Terrible Jungle (disponible en VOD et DVD)


Eliott (Vincent Dedienne), jeune chercheur naïf, part étudier les Otopis, un peuple mystérieux d’Amazonie. C’est aussi l’occasion pour lui de s’éloigner de l’emprise de sa mère, la possessive Chantal de Bellabre (Catherine Deneuve). Mais celle-ci, inquiète pour lui, décide de partir à sa recherche en s’aventurant dans l’étrange forêt amazonienne, accompagnée d’une poignée de gendarmes dont le commandant (Jonathan Cohen) est un empoté mégalo.

Cette comédie, totalement différente de celles qu’on a l’habitude de voir, est une profonde immersion dans l’absurde et le loufoque. Chaque comédien campe parfaitement son rôle. Les échanges entre le personnage de Catherine Deneuve, une mère froide et autoritaire, et celui de Jonathan Cohen, un flic incompétent très premier degré, sont un régal. Alice Belaïdi, en chef de tribu amazonienne (qui s’apparente plus à un gang), est méconnaissable tant elle est époustouflante (avec un faux air de Mimi-Siku). Et Vincent Dedienne est quant à lui surprenant dans l’évolution de l’anthropologue qu’il interprète. Les gags, les quiproquos et les répliques cinglantes s’enchaînent, déclenchant de nombreux sourires, et quelques bons rires.

Aimée (Julien Doré)

Julien Doré est de ces artistes qui ont une signature vocale et un univers. Original, il sait se réinventer et proposer quelque chose de différent à chaque album. Dans Aimée (qui est aussi le prénom de sa grand-mère) l’artiste parle de notre planète, de notre comportement insouciant, du besoin de prise de conscience et d’action avant qu’il ne soit trop tard. Mais aussi de notre société, de ses déviances. Sans jamais s’exclure de notre responsabilité. Si les thèmes sont graves, sérieux, Julien reste fidèle à sa plume ironique, voire cynique, et ne manque jamais d’autodérision. Le tout sur des mélodies très pop, sublimées par des chœurs d’enfants. Les refrains sont, comme toujours, entêtant et quelques titres ont une résonnance particulière, comme La bise en cette année si étrange, ou comme Lampedusa qui raconte ceux qui quittent leur pays dans l’espoir de trouver une vie meilleure pour eux et pour les leurs. Deux duos, un avec Clara Luciani et un autre avec JeanJass et Cabalero, apportent eux aussi un truc différent au projet. Pari réussi donc, pour ce cinquième album.

Le tricycle rouge (Vincent Hauuy – Le livre de poche)

Noah Wallace est un homme usé, l’ombre du brillant profileur qu’il était jusqu’à ce qu’un accident lui enlève à la fois sa femme et sa carrière. Mais une carte postale trouvée sur le lieu d’un crime atroce au Canada l’implique directement et le ramène à une série de meurtres commis cinq ans plus tôt. Dans le même temps, à New York, la journaliste-blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années soixante-dix. Et si les deux affaires étaient liées par le même sombre secret ?

Une intrigue complètement folle et parfaitement ficelée, un rythme effréné, une lecture addictive, des personnages énigmatiques, des scènes de crime d’une horreur sans nom... tous les ingrédients sont réunis dans ce très bon polar. Saupoudré d’une pincée de paranormal. La mayonnaise prend, et monte, à mesure que l’on dévore les pages, et quand arrive le dénouement la délectation est totale.


Le Conseil Bonus :
4 comiques dans le vent mais à contre sens, sur la chaîne Youtube de Seb Mellia.
https://www.youtube.com/playlist?list=PLFYOVxscq1u...


A propos d'Anthony Bussonnais :
Anthony a grandi et vit toujours dans le Saumurois. Depuis tout petit, il cultive une relation privilégiée avec l'écriture. En 2015, alors que depuis quelques temps déjà trotte dans sa tête l'idée, il entame l'écriture de son premier roman, Un mal pour un mal. En Septembre 2017, il publie un recueil de ses textes, jusque-là inexploités, intitulé Un peu de moi. Entre humeurs, pensées et réflexions, il traite de thèmes divers. Le 6 Octobre 2018, Anthony publie son second roman, Chasse 160618 un nouveau thriller au suspense haletant. Septembre 2019, Chasse 160618 remporte le prix Les talents de demain, décerné par Kobo by Fnac en partenariat avec les éditions Préludes et Babelio. Son livre est alors réédité (Préludes Noir) sous le titre Un samedi soir entre amis.

(1) Les chroniques précédentes :
- 05/11/2020
- 12/.11/2020
- 19/11/2020
-
26/11/2020
- 03/12/2020

- 10/12/2020



Article du 17 décembre 2020 I Catégorie : Culture

 


6 commentaires :


Commentaire de Vlady Boissin 17/12/2020 17:02:39

Cher Anthony Bussonais , pour info la culture est quasi morte : cinémas fermés , théâtres fermés , musées fermées , zoos fermés etc..... Je trouve donc la chronique du jeudi un peu déplacé...Certes restent les livres , CD et DVD...Mais en ce moment la culture a besoin de soutien et pas de promos pour tels ou tels livres et cd



Commentaire de Anthony Bussonnais 17/12/2020 18:57:23

Cher Vlady, Quel meilleur moyen de soutenir la culture qu'en achetant un livre, un album, un film... justement puisque que tous les lieux de spectacle sont fermés ? Avec un hashtag ? Chacun fait ce qu'il peut à sa petite échelle. Sans prétention. Agir reste toujours mieux que ne rien faire, à mon sens.



Commentaire de Le silence vaut mieux parfois 17/12/2020 19:37:24

Boissin qui dit que les livres et films ne font pas partie de la culture.



Commentaire de Vlady Boissin 18/12/2020 08:20:41

A l impoli qui m appelle par mon nom , je n ai jamais dit que les livres , cd , films ne faisaient pas partis de la culture , dommage que votre niveau d intelligence ne vous ai pas fait comprendre mon post. Certes les livres , les cd etcc font partis de la culture , mais le spectacle vivant , voir un film dans une vraie salle de cinéma , aller dans un musée sont primordiales pour ma culture , si ce n est la votre. Actuellement des milliers d acteurs culturels meurent de la situation. Et faire la promotion de tel ou tel produit me semble déplacé...



Commentaire de Excusez-moi Monsieur Boissin! 18/12/2020 12:46:57

Je ne savais pas qu'appeler quelqu'un par son nom était impoli. Vous n'écrivez pas franchement que les livres ne font pas partie de la culture mais c'est tout comme. A vous lire, un livre n'a pas la même valeur qu'une salle de théâtre ou de cinéma. Un livre remplit tout aussi bien son rôle pour la culture. Et...peut-être que le niveau d'intelligence de votre post n'a pas su touché le mien. Tout est une question d'interprétation...



Commentaire de Vlady Boissin 18/12/2020 13:42:27

@ ? excuses acceptées , merci.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI