Histoire locale. Au cœur du Val de Loire, la Ville de Chinon et son patrimoine

Chinon est une des cités du Val de Loire les plus remarquables. Construite à flanc de falaise le long de la Vienne, la ville propose d’innombrables monuments et site d’exception. Se promener dans les rue de Chinon c’est un peu comme se laisser aller à une balade à travers le temps. Pour ce nouvel article de notre rubrique histoire locale, le Kiosque vous propose une promenade au travers des principaux monuments et de l’histoire de la cité rabelaisienne.


Chinon, c’est d’abord un site exceptionnel qui a favorisé l’implantation de la ville : la présence, à côté de la Vienne, voie d’eau importante, d’un coteau calcaire aux pentes abruptes sur lequel il était facile d’implanter une enceinte qui se trouvait naturellement fortifiée. François Rabelais résume la situation de Chinon ainsi : « assise sur pierre ancienne, au haut, le bois, au pied, la Vienne ». Il fait allusion à la forêt domaniale de Chinon (5500 ha), qui occupe toujours aujourd’hui un large territoire sur le plateau, au nord-est de la ville. Le site aurait été habité au moins depuis le 7e siècle avant J.C. L’implantation d’un habitat se confirme à l’époque gallo-romaine, en contrebas d’une enceinte fortifiée située à l’emplacement de l’actuelle forteresse. Chinon connaît son heure de gloire au Moyen-Age : d’abord au 12e siècle, à l’époque des souverains Plantagenêts (Henri II et la reine Aliénor, Richard Cœur de Lion), puis au 15e siècle, lorsque la cour de France exilée de Paris y vient régulièrement : c’est ainsi que Jeanne d’Arc rencontre pour la première fois le dauphin, futur Charles VII, à Chinon en 1429.

Une cité riche en monuments

Aux 19e et 20e siècles, Chinon connaît de nombreuses transformations urbaines : création des quais à l’emplacement des fortifications, construction de bâtiments publics : tribunal, hôtel de ville, gendarmerie… Les espaces publics sont aménagés par la plantation d’arbres (promenade des docteurs Mattraits, le long de la Vienne) et l’implantation de statues rendant hommage aux grands personnages de l’histoire de Chinon : Rabelais, Jeanne d’Arc. L’aménagement d’une voie de chemin de fer passant à Chinon, en 1875, entraîne le déclin du commerce fluvial, jusqu’alors florissant. L’installation de la gare entraîne aussi l’extension de la ville vers l’est. En 1958, la première centrale nucléaire française est construite à côté de Chinon, ce qui entraîne une nouvelle phase de développement urbain, en particulier sur le plateau derrière la forteresse. Le caractère exceptionnel du patrimoine de Chinon a fait très tôt l’objet d’une reconnaissance par les institutions : ainsi, le château et la collégiale Saint-Mexme sont inscrits sur la première liste des monuments historiques, en 1840. Aujourd’hui, c’est plus d’une vingtaine de monuments qui sont protégés. Enfin, le centre-ville bénéficie d’un secteur sauvegardé, document d’urbanisme qui permet d’œuvrer au quotidien pour la reconnaissance, la protection et l’amélioration de la qualité architecturale et urbaine du centre historique de Chinon.

Forteresse Royale de Chinon

Située au sommet du coteau qui surplombe la Vienne, la Forteresse royale s’étend d’ouest en est sur plus de 500 mètres de longueur. L’édifice actuel est le résultat d’ajouts et perfectionnements successifs depuis le 10e siècle jusqu’à la fin du 15e siècle. La Forteresse a fait l’objet d’un des plus importants chantiers de restauration d’Europe, afin de lui redonner toute sa splendeur militaire et sa cohésion d’antan. Un autre article sur l’histoire locale sera consacré plus spécifiquement à la forteresse de Chinon.

La Collégiale Saint-Mexme

La collégiale Saint-Mexme était le principal édifice religieux de Chinon jusqu’à la Révolution. Les parties les plus anciennes remontent en l'an 1000 : nef centrale, massif occidental encadré de deux tours. Le développement du pèlerinage sur le tombeau de saint Mexme entraîne l'agrandissement de l'édifice, au 12e siècle, par l'adjonction d'un transept et d'un chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes. Désaffectée sous la Révolution, l’église s’effondre partiellement en 1817. Le chœur, le transept et une partie de la nef sont ensuite démolis ; le reste de l’édifice est réutilisé par un établissement scolaire jusqu’au début des années 1980. Démarre ensuite un vaste chantier de restauration et de réhabilitation, toujours en cours aujourd’hui. La collégiale est actuellement un centre culturel. La nef abrite un petit théâtre en bois, très utilisé lors de la saison estivale, tandis que le massif occidental, qui contient de nombreux décors médiévaux préservés (peintures, sculpture) est orné de vitraux contemporains d'après les cartons du peintre Olivier Debré.



La chapelle Sainte-Radegonde

Ancien lieu de culte païen autour d'un puits creusé dans le roc, la chapelle a été aménagée au Moyen-Age autour de la sépulture d'un ermite, Jean de Chinon, qui y reçut Radegonde, reine et future sainte. Lieu de culte et de pèlerinage, la chapelle a fait l'objet de plusieurs campagnes de décor. La peinture murale la plus célèbre, récemment redécouverte, représente une "chasse royale", réalisé à la fin du 12e siècle qui représenterait des membres de la famille Plantagenêt.

Les églises de Chinon

L’église Saint-Etienne : Attesté dès le 11e siècle, l’édifice actuel est une reconstruction au 15e siècle, dans le style gothique flamboyant. Les grandes fenêtres du chœur sont ornées de beaux vitraux de la deuxième moitié du 19e siècle, représentant entre autres des scènes religieuses de l’histoire locale.

L’église Saint-Maurice :Unique église paroissiale de la ville-fort, l’église Saint-Maurice actuelle a été reconstruite à partir du 12e siècle, puis progressivement agrandie jusqu’au 16e siècle. Le vaisseau central de la nef ainsi que le chœur sont couverts de voûtes d’ogives bombées, de type "angevin", avec de riches décors, tandis que le bas-côté, plus tardif, est couvert de voûtes dont les nervures complexes retombent sur des chapiteaux Renaissance.


Article du 23 février 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de martine galland 24/02/2021 11:25:18

Très beau commentaire sur Chinon. Très instructif pour moi qui ne vient pas de cette région. Merci



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI