Saumur. Une situation sous contrôle et des espoirs pour le printemps au centre hospitalier

Le directeur du centre hospitalier de Saumur, Jean-Paul Quillet, s'est exprimé sur la situation sanitaire au sein de l'établissement. Elle semble sous contrôle et le rythme des vaccinations poursuit sa lancée, donnant ainsi de l'espoir pour les mois à venir.


La situation épidémique sur le territoire, même si elle est bien plus basse que dans d’autres régions de France, reste toujours en tension avec un taux d’incidence en Maine-et-Loire de 178 cas positifs pour 100 000. En Saumurois la situation reste également tendue, même si elle est un peu moins inquiétante que sur le reste du département. Les hôpitaux, notamment le Centre Hospitalier de Saumur, doivent faire face à cette situation qui dure maintenant depuis de longs mois. Sur Saumur, « la situation reste sur un plateau », décrit le directeur Jean-Paul Quillet qui nous en fait le détail. Pour ce qui est des hospitalisations, les choses sont revenues à la normale après un pic ces dernières semaines : « La semaine dernière, nous avons eu une augmentation du nombre de patients hospitalisés au centre hospitalier, ils étaient 21. Depuis le début de cette semaine, il y a eu des sorties et aucune entrée, nous sommes donc redescendus à 13 patients. Ces 13 ne sont pas à un stade critique, ce qui s’avère malgré tout positif. » Le CH de Saumur a tout de même eu un décès lié à la covid-19 ces derniers jours : « Une personne de plus de 90 ans qui présentait des comorbidités », précise le directeur.

1 à 3 passages aux urgences par jour

Pour ce qui est des urgences, il y a 1 à 3 passages aux urgences - sur les plus de 60 passages quotidiens - qui sont liés au covid, mais qui « ne mène pas nécessairement à une hospitalisation », souligne Jean-Paul Quillet. Il ajoute : « Nous continuons le dépistage systématique aux urgences. Sur les 300 tests réalisés chaque semaine comprenant patients et personnels, seulement 5% sont positifs. » Dans la population des personnes infectées par le virus, le directeur observe une évolution « probablement due à la vaccination. » Il y a de plus en plus de positivité chez des plus jeunes et de moins en moins chez les plus de 65 ans. « Cela reste des cas positifs, mais qui sont tout de même moins à risques et présentent généralement moins de cas de comorbidité », ajoute le directeur. Concernant les variants, le Britannique est aujourd’hui devenu majoritaire et de la Sud-Africain « reste très marginal ».

Une vaccination dans les EHPAD qui touche à sa fin

Le CH de Saumur et les différents établissements qui y sont rattachés sont parmi les établissements du Maine-et-Loire à avoir le plus grand taux de vaccination. Chez les personnels, ce sont 45% tout confondus qui ont d’ores et déjà été vaccinés. Jean-Paul Quillet souhaite arriver à 60 - 70%. « Arriver à 60% serait un objectif satisfaisant. Cela représente environ 150 personnes supplémentaires, c’est donc tout à fait jouable. Il y a cependant des disparités au sein des populations. Nous avons 75% de personnes vaccinées chez les plus de 50 ans, mais les plus jeunes sont plus difficiles à aller chercher », explique-t-il. Par ailleurs, 11% des effectifs ont été touchés par le virus. Pour certains, il faut attendre 3 mois après la contamination pour pouvoir être vacciné. Ceux-ci ne recevront alors qu’une seule dose, qui servira de rappel. Pour les résidents, là encore le bilan est globalement positif. « Dans les EHPAD Gilles de Tyr et Antoine Cristal de Saumur, nous en sommes à 86% de résidents vaccinés. Cela s’explique par le fait que nous ayons commencé très tôt, le premier EHPAD des Pays de la Loire. Sur Montreuil et Longué, les choses sont un peu moins avancées, car nous avons eu dernièrement des contaminations à la mi-janvier. Nous avons lancé une campagne de dépistage et les vaccinations qui avaient déjà commencé pourront reprendre dans les semaines à venir. Nous sommes donc pour les EHPAD en fin de parcours pour ce qui est de la vaccination. »

Vers un avenir plus lumineux ?

Jean-Paul Quillet s’est aussi exprimé au sujet des visites dans les EHPAD. Le Conseil d’État s’est réuni et a échangé concernant ce sujet. Il a indiqué que de telles décisions ne pouvaient être prises nationalement, mais devaient être décidées localement avec les forces locales. Une prise de position que salue le directeur saumurois et qu’il trouve « logique ». Les ministres doivent se réunirent demain pour définir plus en détail ce point. « Nous allons, dès la semaine prochaine et en fonction des annonces, adresser un courrier aux familles des résidents de Gilles de Tyr et Antoine Cristal pour leur faire part du régime d’assouplissement. Avant cela, je vais réunir le conseil de vie sociale pour décider quels genres d’assouplissements seront accordés. L’idée pourrait être que les familles viennent visiter leurs proches, avec par exemple un test négatif et dès que possible, la vaccination. Pour Montreuil et Longué, cela sera évidemment décalé tant tout le monde n’a pas reçu la seconde injection. » Il ajoute en point d’orgue : « Nous ne sommes pas pessimistes et espérons, sans trop nous avancer, retrouver une vie sociale, économique, plus normale au mois de mai. Cela à la seule condition du développement de la vaccination et du respect des mesures barrières. »

Une mauvaise communication autour des vaccins

Le directeur de l’hôpital de Saumur souhaite d’ailleurs revenir sur les vaccins. Il estime qu’il n’y a pas eu une très bonne communication nationale autour du vaccin AstraZeneca. « Beaucoup de choses ont été dites qui ont contribué à une certaine défiance. Le laboratoire qui l’a développé n’avait au début pas fait de tests sur les plus de 65 ans, c’est pour cela qu’il n’était au début pas recommandé pour cette tranche d’âge et non parce qu’il n’était pas efficace. Une étude récente, écossaise, a aujourd’hui démontré qu’il était tout aussi efficace que les autres vaccins sur le marché, et ce pour toutes les tranches d‘âge. » Si ce vaccin a suscité et suscite encore des craintes, il est pour le directeur, une partie de la solution au problème. « Les vaccins sont les clefs qui nous permettront de nous extirper de cette situation sanitaire. La grippe espagnole a duré 3 années, sans ses vaccins nous serions partis sur le même schéma. Le vaccin AstraZeneca va permettre une accélération de la vaccination, puisque les stocks de celui-ci sont plus importants et son stockage moins contraignant que le Pfizer. » Le CH de Saumur recevra d’ailleurs dans les prochaines semaines une dotation importante de ce vaccin et il faudra, selon Jean-Paul Quillet, « en profiter tant qu’il est disponible, car s’il n’est pas utilisé, il sera redistribué à d’autres structures qui en ont besoin. »


Article du 04 mars 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


14 commentaires :


Commentaire de Y croire 04/03/2021 19:02:54

Celà fait du bien d'entrevoir l'espoir. On a envie et besoin d'y croire. Et si c'était vrai que la vaccination est le seul moyen de s'en sortir ! J'étais hésitant mais maintenant j'y vais dès que c'est possible.



Commentaire de Inquiétant 04/03/2021 19:55:53

"Chez les personnels, ce sont 45% tout confondus qui ont d’ores et déjà été vaccinés." Monsieur le directeur, il faut obliger tous les soignants à se faire vacciner car eux aussi transmettent le virus. C'est inadmissible pour un soignant de faillir à son devoir de protection!



Commentaire de A inquiétant 04/03/2021 22:38:42

Le directeur n'a pas le droit d'imposer...et on sent bien que s'il pouvait le faire il le ferait. C'est la loi et donc les parlementaires qui doivent voter celà...et là c'est pas gagné car c'est l'électorat. Et de tous bords politiques.



Commentaire de Pierre 04/03/2021 23:10:55

Tout va bien, 78 ans cette année, j'ai pris rendez-vous au centre de vaccination de Saumur : 1ère dose le 19 aout, 2ème dose le 13 Septembre... SI je suis encore vivant....



Commentaire de Inquiétant @A inquiétant 05/03/2021 09:29:00

Oui, je sais bien mais plusieurs vaccins sont obligatoires pour tout le personnel soignant, alors pourquoi pas celui-ci? Pourquoi certains soignants refusent-ils le vaccin alors que c'est leur devoir de protéger les autres? Cela dépasse l'entendement. Les plaintes vont s'accumuler si par malheur un patient contracte le virus dans les hôpitaux.



Commentaire de @Pierre 05/03/2021 09:43:17

J'ai pris rendez-vous chez mon médecin traitant et je vais être vaccinée mercredi prochain.



Commentaire de Superdeg 05/03/2021 11:03:43

Au niveau national les soignants ont contaminé 45 000 malades , mais 45 000 avoués



Commentaire de genevieve d 05/03/2021 11:10:44

soignant ne veut pas dire cobaye. des plaintes des plaintes les gens n on plus que ce mot a la bouche.ma grand mère de 102 ans est morte je porte plainte contre l hopital qui aurait du la maintenir en vie.bravo aux personnel des hopitaux et clinique et n oubliez pas qu'au début quand tout le monde balisaient ils applaudissaient les soignants et maintenant !!!!!!



Commentaire de Il est toujours là ce Superdeg 05/03/2021 13:24:45

Toujours à cracher du venin et à donner des leçons ! Il passe sa journée à chercher des chiffres sur Google et à les balancer sans analyse. Sait-il combien de dizaines de médecins et soignants sont morts "au combat" en France et dans le monde ? Suis je bête ! Il s'en fout



Commentaire de @genevieve d 05/03/2021 13:27:36

Ne pas se faire vacciner, c'est mettre la vie de l'autre en danger! Ce n'est pas digne d'un soignant! Non! Les soignants ne sont pas des cobayes. Les vaccins ont d'abord été testés en laboratoire par des personnes volontaires. Des milliers de personnes sont vaccinées à ce jour par ce même vaccin. Oui, maintenant on peut porter plainte car le vaccin existe donc plus aucune excuse. La Covid est la première maladie attrapée à l'hôpital. On a applaudi les soignants mais maintenant, ils risquent de se faire huer.



Commentaire de Merci pour ces informations 05/03/2021 14:05:47

Mais vu le nombre de soignants qui ne veulent pas se faire vacciner à Saumur et dans toute la France, des personnes vont annuler leur intervention chirurgicale non urgente tant que le personnel médical au complet ne sera pas vacciné.



Commentaire de Pour l'infâme Superdeg 05/03/2021 14:15:02

3 800 000 infections en France depuis le début de la crise . Entre 7et 10 000 morts dans le monde chez les soignants.



Commentaire de Risques Minimes 05/03/2021 15:40:32

Donc juste un peu plus de 1% de contaminations par les soignants grâce au respect des protocole s. Beaucoup plus risqué d'aller faire les courses. Et les soignants sont bien plus vaccinés (40 %) que le reste de la population (6 %).



Commentaire de Il n'y a pas de risques minimes 06/03/2021 08:39:56

La Covid est la première maladie attrapée à l'hôpital. Les annulations des interventions chirurgicales vont se multiplier ainsi que les plaintes contre les soignants réfractaires au vaccin.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI