Aléas climatiques dans le vignoble : le froid a gagné la 3e manche de la bataille du gel

Trois jours que les vignerons du Val de Loire se battent pour protéger leurs récoltes des assauts du froid. Cette nuit du jeudi 8 avril risque de rester dans les mémoires. Comme partout en France, le froid a battu des records. Même s'il est encore trop tôt pour mesurer l'étendue des dégâts, cet épisode va laisser des traces.

Dans les vignes d'Antoine Sanzay. Photo F Bemelmans


"MBappé n'avait pas encore marqué son deuxième but contre le Bayern que nous recevions les premières alertes de nos stations météo. Il faisait -2° à 22h mercredi soir"
explique Julien Fouet, vigneron à Saint Cyr en Bourg, avec ce qui lui reste d'humour ce jeudi matin. Et celui-ci de développer : "Nous avons allumé à 1h30 ce que nous avons à disposition : tours anti-gel, fils électriques, bougies. Nous attendons de voir. Les stations météos nous ont annoncé des -7° degrés dans certains endroits. A suivre, mais il y a un seuil de froid où les moyens de luttes sont inefficaces".
La mine n'était pas plus réjouie, chez Didier Sanzay à Varrains : "Notre vignoble est trop morcelé pour que nous puissions mettre en place des systèmes de protection efficaces. Là, à Varrains, on a constaté des -4°. L'entreprise est assurée, mais quand un domaine ne peut pas servir ses clients, ce sont d'autres problèmes qui surviennent. Ces épisodes de froids à répétition, 4 en 6 ans, cela devient très problématique".
A Vaudelnay, Ludovic Thermeau est tout aussi pessimiste : "Tout dépend des cépages et de la période de taille qui conditionne le départ de la végétation. Mais là, cela fait trois jours que la plante est sollicitée pour se protéger. Elles est affaiblie. En faisant le tour des parcelles, j'imagine qu'il y a au moins 50% de touchés. Dans certains secteurs, comme celui de Rochefort sur Loire, on parle de 80%. Le problème c'est que ce n'est pas terminé, le temps va se radoucir, certes, mais après les pluies du week-end attendues, une nouvelle vague de froid est attendue lundi et mardi. Je crains le pire..."

A suivre malheureusement...


Article du 08 avril 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


6 commentaires :


Commentaire de citoyen 08/04/2021 21:04:13

parait qu'à Chinon 100% du vignoble est protégé, que font nos viticulteurs locaux? Mr Sanzay dit ne pas pouvoir protéger toutes ses parcelles, car son vignoble est morcelé: donc il faudrait des actions communes, mais çà ne semble pas avancer chez nous....! sauf à St Cyr en Bourg



Commentaire de vigneron 09/04/2021 08:11:10

Cher ami, je suis admiratif de votre réalisme. Grace à vous, la profession va se mobiliser et s’en sortir. Encore MERCI, la France a besoin de personne telle que vous. Osez aller plus loin, l’Elysée vous tend les bras…



Commentaire de citoyen 09/04/2021 12:38:09

à vigneron : je ne comprends pas votre réaction. mais confirmez vous qu'à Chinon les viticulteurs se sont entendus pour prendre ensemble les mesures pour éviter les gels dévastateurs pour votre profession? alors pourquoi ne pas faire pareil à Saumur?



Commentaire de vigneron 09/04/2021 14:30:40

A ma connaissance, non, Le vignoble de St Nicolas de Bourgueil serait mieux protégé, mais certainement pas à 100%. Le vignoble Saumur Champigny fait environ 1600 ha, à raison de 5 à 7 ha par éolienne, cela fait minimum 230 éoliennes. Je vous laisse imaginé, Orly serait de la rigolade a côté de nous, mais bon, tout est possible... Il y a d'autres facteurs à prendre en compte, mais ce serait trop long à expliquer (probabilité, investissement, rentabilité, impact, etc)...



Commentaire de citoyen 09/04/2021 19:51:33

je vous remercie pour votre réponse, détaillée et instructive



Commentaire de URSSAF 09/04/2021 20:49:32

Dans le Chinonais, plusieurs parcelles sont protégées par aspersion. Cela était assez incroyable à voir mardi tous ces arroseurs en action et les batteries de tracteurs le long de la Vienne pour entrainer les pompes;



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI